Aller au contenu principal

Je suis la méduse

Sélection des rédacteurs
Album
à partir de 5 ans
: 9782369020578
17.90
euros

L'avis de Ricochet

Avoir comme héroïne une méduse est singulier, lui donner la parole tout autant ! Pourtant ici, une petite méduse nous raconte sa vie, sa jeunesse libre au gré des courants jusqu’à sa rencontre urticante avec une petite fille. Désolée, elle subit l’outrage d’être ramassée à l’épuisette par le père vengeur, soumise aux regards méprisants et hostiles jusqu’à sa renaissance dans l’eau, sauvée par la fillette qu’elle a blessée.

Cet album a comme autre particularité de fournir des éléments documentaires assez précis sur son absence de cerveau, de cœur, son aspect, les risques qu’elle court dans l’ingestion du plastique, ses prédateurs, tout en les intégrant dans un récit de vie vraisemblable et même plutôt touchant, excepté la durée de vie qu’on lui prête et qui semble très au-delà de la possibilité des méduses communes (6-12 mois) !

La qualité poétique de l’écriture de Béatrice Fontanel, grâce à des jeux de répétition ou de sonorités, rend sensibles les allers-retours, les mouvements fluides de la petite méduse dans l’eau, son élégance. Elle la rend sympathique ; il est vrai que c’est un « autoportrait ».

Enfin, l’album fait rêver en raison du singulier relief des fonds sous-marins dû à une touche très légère, précise, à laquelle l’étonnant orange fluo d’Alexandra Huard donne une saveur originale. Le contraste entre la triste réalité des humains grossiers et la vivacité lumineuse des paysages marins conduit le lecteur à adopter le point de vue de l’héroïne : une tentative de réhabilitation de l’animal plutôt mal considéré ? Illustration et narration construisent un univers vivifiant et gai à contre-courant de certains stéréotypes. Un album très stimulant.

Présentation par l'éditeur


Une jeune méduse se raconte. Elle croise un jour la route d’une petite fille, qu’elle pique malencontreusement. Le père sort la méduse de l’eau et la laisse échouée sur le sable. À l’agonie, la jeune méduse sera sauvée in extremis par la petite fille, qui la rejettera à la mer. Devenue une méduse adulte, elle retrouvera l’enfant devenue jeune fille et la reconnaîtra grâce à la cicatrice laissée