Aller au contenu principal

Rechercher un livre

J’ai besoin de toi plus que je ne t’aime et je t’aime si fort

Gunnar Ardelius
Ludivine Verbeke
Roman
à partir de 15 ans
11.00
euros

L'avis de Ricochet

Morris et Betty se rencontrent dans une soirée. Petit à petit, on assiste à leur amour naissant, les premiers émois sexuels, les moments d’osmose parfaite, puis les doutes, les incompréhensions, et la rupture, insupportable autant qu’inévitable.
La vie familiale des deux adolescents est évoquée par petites touches, à demi-mot : le père de Morris est maniaco-dépressif, sa mère fiancée à un militaire.
Les paragraphes, très courts (entre trois lignes et deux pages) surprennent les personnages dans leurs pensées, leurs actions de l’instant. Les points de vue sont multiples, si bien qu’on ne sait pas toujours à quel personnage nous avons à faire. Cela donne l’impression que Morris et Betty ne font plus qu’un.
L’épanouissement de ce premier amour est touchant, car le lecteur est plongé dans l’intimité du jeune couple : il les accompagne sous la couette, dans les rues, dans leurs pensées et leurs conversations.
La structure du récit est cinématographique, ce que revendique l’auteur en quatrième de couverture « Nous sommes maintenant dans un film et c’est de notre histoire dont il s’agit, de deux personnes qui se rencontrent dès la première scène ». Mais si les scènes sont décrites comme des plans séquences, le style poétique permet de donner une réelle épaisseur romanesque au récit.
A priori, ce roman a tout pour plaire : une construction originale, une écriture sensible et poétique, un thème universel. C’est justement ce qui fait sa faiblesse, puisqu’on a l’impression que l’auteur a posé tous ces ingrédients et les a mélangé pour en sortir un roman certes original et touchant, mais fabriqué et artificiel. Dans ce contexte, les personnages ont l’air de mannequins en plastique, ils sont investis de tant d’universalité qu’ils perdent leur épaisseur.
Ce premier roman d’un jeune auteur suédois est très original et audacieux, mais malheureusement un peu maladroit et artificiel