Aller au contenu principal
Espace publicitaire
Fermer

Il était une fable

Album
à partir de 8 ans
170 pages
: 9782889084371
22.90
euros

L'avis de Ricochet

Habiter place de la Fontaine et s’appeler Pascal de La Teu prédisposent Pascal Teulade à être le porte-plume des animaux qui se sentent délaissés depuis la mort de Jean de la Fontaine, il y a près de 325 ans !

Des animaux ligués (lion, âne, renard, corbeau, tortue et autres) portent en délégation une requête. Ils souhaitent retrouver une actualité par la chanson, le roman ou le sketch mais n’ont trouvé personne pour leur donner la parole. Surgissent d’autres animaux (crocodile, souris verte) qui revendiquent eux aussi une représentation. Face à l’auteur étonné qui fabrique tranquillement sa tarte aux abricots, une dispute s’élève entre animaux nobles issus de la tradition antique par La Fontaine interposé et les animaux des comptines issus de la tradition enfantine ! Ce prologue, sorte de querelle des anciens et des modernes, est assez réjouissant et donne naissance à un compromis par lequel, Pascal Teulade, auteur, s’engage à écrire des fables, sans morale et susceptibles d’être lues à voix haute.

Tous les animaux, même les plus méprisés, comme les poux, peuvent trouver leur place. L’auteur invente des fables rimées librement, en lien avec les spécificités des animaux. Pour les poux, ce sera leur prolifération ; pour la tortue, la solidité de son bon dos. Parfois ce sont les sonorités qui guident les saynètes : « Paon ! Paon » est une histoire de volatile qui tire sur tout ce qui bouge, « pan, pan » pour sauver ses plumes. Parfois, une particularité physique donne naissance à la fable. L’espadon s’appelle Cyrano et il embroche son amoureuse… C’est encore le Q qui sert de guide à la fable du Quetzal. Des jeux de mots engendrent des histoires, le cauchemère raconte le cauchemar du louveteau réveillé par sa mère. Hippopotamour ou hipipippotame narrent les ruses de l’hippopotame pour se faire aimer ou admirer. 

Les scènes inventées ont quelquefois une curieuse proximité avec les questions d’aujourd’hui. La question du genre, par exemple, trouve sa place dans l’injonction à la chenille « Ose ! » ou dans « Mascunin, fémilin », où les rôles de roi et reine s’échangent… Les questions d’autorité et de famille s’invitent aussi dans ce petit théâtre, « Taisez-vous, le père Ane parle ! ».

Avec une extrême virtuosité, Pascal Teulade fait feu de tout bois. Lecteurs lettrés ou non y trouveront leur plaisir, accru grâce aux illustrations narquoises d’Adrienne Barman. Un livre à garder sous la main pour des petites histoires drôles, fidèles à une tradition joyeusement malmenée.

Présentation par l'éditeur

Il y a 350 ans paraissaient les premières fables de Jean de La Fontaine.

Dans Il était une fable, Pascal Teulade renouvelle le genre. Un peu contraint et forcé il faut bien le dire ! En effet ce sont les animaux des fables eux-mêmes qui sont venus lui rendre visite et lui ont demandé de les remettre au goût du jour… Ils ont frappé un jour chez lui, explique-t-il dans une introduction, alors qu’il