Aller au contenu principal

Gringo Shaman

Exprim'
Roman
à partir de 14 ans
: 284865239X
9.00
euros

L'avis de Ricochet

Robin, dix-huit ans, vient d’avoir son bac. C’est un jeune homme rebelle qui vit beaucoup dans son imagination. A partir d’une peinture, il fait des rêves précis sur les Indiens d’Amérique du Sud. Persuadé d’être appelé par un shaman pour participer à une guerre, Robin décide de passer son été en Equateur. Là, il découvre une forêt et une population mises en danger par l’exploitation du pétrole. Sans vraiment le vouloir, il se retrouve au cœur d’un acte de sabotage de l’exploitation. Abasourdi par ses aventures, Robin finit par retourner en France.
Plus qu’un roman d’apprentissage, Gringo Shaman pourrait être le reflet d’un parcours initiatique qui formalise le passage à l’âge adulte, tel qu’il en est encore pratiqué par certaines tribus indiennes, justement. Petit occidental qui trimballe son malaise au sein du cocon parental, le narrateur Robin gagne la forêt sauvage, la nature : une expérience extrême qui devrait – logiquement - le faire devenir un homme au bout du roman. Mais il est immédiatement pris en charge par de la famille lointaine, et suit un régime de faveur au beau milieu de la jungle. Inconscient, il se laisse alors charmer par une jeune terroriste qui l’utilise. Au final, Robin subit les actions de tous et surtout toutes, sans jamais se montrer vraiment responsable. Certes, il ressort fatalement un peu grandi de ce voyage en Equateur, mais le chemin vers l’autonomie sera encore long… et Robin n’en a pas fini avec les rêves. Tout au long du texte, Rolland Auda fait naviguer son héros entre fantasmes oniriques, fantastique pur et réalité dure avec beaucoup de naturel, usant pour cela d’une langue orale qui retranscrit la pensée rapide de Robin, phrases hachées, exclamations et onomatopées compris, ainsi que de jeux typographiques ou/et de mise en page très vivants. Un rythme incessant, une cause adolescente, un message écologiste : ce premier roman se lit aisément – à condition de voir au second degré l’aspect « Rimbaud perdu ».