Aller au contenu principal

Rechercher un livre

Graal noir (Tome 1) : le fils du diable

Sélection des rédacteurs
Roman
à partir de 13 ans
: 9782081224841
13.00
euros

L'avis de Ricochet

Graal noir, tome 1 : Le fils du diable, de Christian de Montella, éditions Flammarion, mars 2010 (Grands formats)

Christian de Montella s’intéresse depuis longtemps à la légende arthurienne et il est l’auteur de la série Graal, publiée chez Flammarion, qui connaît un réel succès.
Avec Graal noir, il s’intéresse à l’avant Graal, au temps où Arthur n’est pas encore le roi de Camelot, où la Table Ronde n’existe pas. Un temps obscur où les forces du Mal oeuvrent dans une Bretagne très divisée et où les magiciens ont toute leur place.
Graal noir est centré sur le personnage de Merlin qui, lorsque l’on fait sa connaissance ici, est un tout jeune homme, beau, charmeur, charismatique et déjà magicien. Il possède de nombreux pouvoirs, il sait arrêter le temps, se transformer en quelqu’un d’autre, faire disparaître des objets … Il est tiraillé entre le Bien et le Mal, entre sa nature humaine héritée de sa mère, et son diable de père. Il arrive à la cour du roi Uther Pendragon en compagnie de son ami et scribe, le père Blaise, pour mener à bien ses projets et ourdir, dans l’ombre toutes sortes de machinations. Le but ultime de sa mission : permettre la naissance d’un enfant élu, dont le destin sera de sauver le monde et de trouver le Graal. Pour cela, il faut gagner la confiance d’Uther, faire en sorte que la très belle reine Igerne, femme de l’allié d’Uther, soit enceinte, contrecarrer la dangereuse Morgane et combattre les sentimens contradictoires qui l’agitent …
Dans ce roman passionnant de bout en bout, C. de Montella utilise la matière arthurienne, qu’il revisite en ajoutant de nombreuses péripéties et personnages inventés et en montrant aussi le dessous des événements fondateurs de la légende. Le Merlin qu’il crée là est très intéressant car il est loin d’être monolithique. Il est sans cesse tiraillé entre des désirs et devoirs contradictoires, il est magicien mais il est aussi très humain. L’écriture, vivante, alerte, rend la lecture de ce Graal noir, très agréable, ainsi que les passages où la magie a la part belle, comme celui où Merlin réveille deux dragons au cœur de la terre et qu’ils s’affrontent devant des humains médusés.

Voici ce que dit Christian de Montella sur son projet Graal noir :
« J’avais utilisé le personnage de Merlin de façon assez marginale dans « Graal ». Or, c’est un personnage passionnant par sa plus grande complexité de caractère qu’un Lancelot ou un Perceval, plutôt monolithiques.
Par ailleurs, je trouvais intéressant de chercher le « dessous » des événements, leur face cachée. Avec cette idée que les grands faits historiques et les grands personnages dépendent tout d’un travail de l’ombre, une activité clandestine, souterraine, dont personne ne parle, mais qui seule a rendu possible leur émergence, et leur existence.
Merlin et Morgane sont des personnages fascinants pour un auteur –ou du moins le Merlin et la Morgane que j’avais envie de faire vivre et de mettre en scène, en les réinventant à ma manière.
Pour finir, j’avais envie de créer, en ne respectant qu’une ossature minimale tirée de la tradition médiévale que tout le monde connaît plus ou moins, des péripéties inédites et des personnages entièrement nouveaux, comme je l’avais déjà fait dans « Graal » –avec la surprise (agréable et amusée) de les voir acceptés par les lecteurs comme s’ils avaient toujours fait partie de cette tradition … »