Aller au contenu principal
Espace publicitaire
Fermer

Fourmidable

Roman
à partir de 7 ans
: 9782364748316
3.90
euros

L'avis de Ricochet

La fourmi 68 n’a jamais vraiment réfléchi au pourquoi du comment : pourquoi se lève-t-elle tous les matins afin de travailler toute la journée ? Pourquoi suit-elle aveuglément la fourmi 67, et pourquoi la fourmi 69 ne peut-elle se passer d’elle dans la longue file des laborieuses ? Et puis arrive la rencontre. La rencontre avec un puceron perdu au beau milieu de ses flâneries, et que 68 se dépêche de ramener à la fourmilière en prisonnière. Comme il n’a pas l’air content, la fourmi baptise le puceron Bouda (qui boude). Et elle s’en fait un ami. A travers lui, elle se pose des questions sur le sens de la vie, du travail… « Quels autres bonheurs dont elle ignorait tout pouvait-elle vivre encore, en faisant un pas de côté, en détournant seulement les yeux du chemin tout tracé ? » (p. 24)

La fourmi étant connue pour son caractère acharné mais routinier, et le puceron peut-être pour ses bonds fantasques, on voit venir Jo Hoestlandt de loin. Esclavage du travail contre liberté de suivre son instinct… L’histoire, forcément brève selon le principe de la collection, est très joliment racontée, avec effets de nature (les fleurs mauves, la rosée du matin) et rapprochement sympathique de deux espèces que tout oppose.

A la fin, les nouvelles copines sont prêtes à faire les quatre cent coups, et il ne nous est pas caché que cela peut aussi être dangereux… Mais que pèse le carcan de la sécurité face aux rêves qui donnent des ailes ? A méditer, comme bien souvent avec ces petits textes courts.

Présentation par l'éditeur


68 était une fourmi noire comme les autres : du matin au soir, elle travaillait, sans jamais s'arrêter. Jusqu'au jour où elle rencontra Bouda, un puceron un peu bavard qui, petit à petit, amènera 68 à poser un regard neuf sur le monde qui l'entoure.


Feuilleter un extrait