Aller au contenu principal

Eric au pays des insectes

Sélection des rédacteurs
Godfried Bomans
Roman
à partir de 10 ans
: 2874260363
9.50
euros

L'avis de Ricochet

Eric Pinksterblom a 10 ans, et un contrôle scolaire sur les insectes imminent. Couché dans son lit, il observe les tableaux aux murs. Soudain, il rapetisse et pénètre dans La Vallée industrieuse, peinture d’un jardin peuplé de petites bêtes. Eric doit s’adapter très vite à son nouvel environnement : les abeilles lui battent froid, tandis que les occupants de l’hôtel La Coquille d’escargot louent ses connaissances (forcément, il avait préparé son contrôle !). Il apprend à survivre seul, se bat contre des araignées, se gave de miel. Les fourmis finissent par l’aider à atteindre le bord du cadre : Eric réintègre son univers familier.

Ecrit en 1941, Eric au pays des insectes est toujours un succès, comme en témoignent les préfaces drolatiques du Néerlandais Godfried Bomans au fil des éditions. Le jeune héros est un petit garçon sage, poli et réservé, qui ne se dépare pas de sa bonne éducation même transplanté dans un monde complètement étranger. Monde étranger mais plus ou moins anthropomorphisé (voir l’hôtel) et profondément cohérent, ce qui explique qu’Eric ne prenne finalement pas peur devant « des bêtes terrifiantes, armées de griffes, de pinces, d’énormes mâchoires » (p. 212). Il enchaîne les aventures doucement absurdes ou poétiques, toujours drôles. L’histoire de la chenille dans son cocon est un morceau de pur plaisir : les autres insectes la croient d’abord ligotée et victime, on ne sait pas ensuite s’il faut demander le paiement de l’hôtel au papillon – ce n’est plus le même client… Par ces aspects enfantins bon teint, l’ouvrage se rattache à la lignée des James et la pêche géante. Mais il va plus loin aussi, distillant sans le vouloir des petites leçons de sagesse. Toute une idéologie transpire en effet du récit. Cela va de la boîte à tartines pour l’école à la façon de se définir d’Eric : « Une personne, c’est un être fait à l’image de Dieu […] » (p. 215). Eric cherche l’apaisement des conflits avant tout, invoque la tolérance et l’équité, etc. Le respect de la nature et des instincts qui la gouvernent est encore au cœur du message transmis. Eric au pays des insectes possède alors ce petit ton pédagogique délicieusement suranné, coulé dans une histoire captivante, qui signe souvent l’œuvre intemporelle. Vous reprendrez bien un peu de miel ?