Aller au contenu principal
Espace publicitaire
Fermer

Rechercher un livre

Doglands

Sélection des rédacteurs
Roman
à partir de 14 ans
: 9782748511796
16.90
euros

L'avis de Ricochet

Tim Willocks se glisse dans les pas d'un chien, adoptant son point de vue, ses sentiments, son univers, et sa façon de considérer les humains. La vie de Furgul (« brave » en langue des chiens) démarre au sein d'un élevage de lévriers utilisés pour des courses, maltraités. Sa mère le fait évader, et le chiot erre quelque temps, avant d'être accueillie par une famille aimante mais étouffante. Il repart sur les routes, cherchant le chemin de son père, chien sauvage et fier. Furgul n'évitera pas la fourrière et la violence des hommes. Son tempérament de leader l'enverra toutefois vers la reconquête de l'honneur d'être chien : Furgul, accompagné de ses amis rencontrés dans un refuge ainsi que d'une jeune femme sensibilisée à la protection des animaux, saura retrouver la trace de sa mère et de l'élevage honteux...
La narration externe n'enlève rien au caractère tempétueux, passionné de ce roman qui nous plonge littéralement dans la tête d'un chien, plus compliquée qu'il n'y paraît. Furgul possède ses propres codes entre solidarité, liberté et fierté ; il ne comprend jamais les vociférations (indiquées par des répétitions excessives de mots qu'il a attrapés au vol) et les ondes négatives des humains. Alors qu'il ne voulait que vivre en paix, il est obligé de louvoyer, voler, et de lui-même devenir agressif. La première partie est extrêmement dure, signifiante quant à nos propres comportements. La deuxième oscille vers un road-trip canin parfois savoureux, encore une fois volontiers symbolique. On s'identifie pleinement à Furgul, et il est impossible de ne pas se remettre en cause : tourné vers la productivité et la cupidité, l'homme a oublié son âme.
Tim Willocks est évidemment un amoureux des animaux et le livre n'aurait pu atteindre cette qualité d'écriture originale sans cela. Mais par-delà ce premier aspect, son roman devient une vraie réflexion sur notre société et ses valeurs, habile parce que juste suggérée. Le côté un peu fantastique et poétique du « chemin des chiens » et des « Doglands » donnerait, vers la fin de l'ouvrage, une tonalité d'espoir. Ne nous leurrons toutefois pas : l'avenir est incertain à qui veut vivre libre... Un récit tendu, intense et implacable comme on en lit peu.

Présentation par l'éditeur

Dans une sorte d'antichambre de l'enfer - la fosse de Dedbone-, des hommes élèvent des lévriers dans des conditions épouvantables en vue de s'enrichir sur les champs de course.
Keeva est la meilleure, car la plus rapide. Elle vient d'avoir des chiots, trois femelles et un mâle, Furgul.
Elle confie à son fils un terrible secret: son père, Argal, qui a réussi à s'enfuir, est un chien-loup, ce qui