Aller au contenu principal
Espace publicitaire
Fermer

Didgeridoo

Album
à partir de 4 ans
: 9782369020295
16.50
euros

L'avis de Ricochet

Au début, le ciel était si près de la terre que les crocodiles avaient mangé les étoiles et les gens devaient marcher courbés pour ne pas se cogner la tête. Un jeune garçon, découvrant un bâton bien droit et bien solide, l'utilisa pour repousser le ciel par-delà les arbres et par-dessus les montagnes, puis il souffla dans ce bâton creux pour le nettoyer des insectes qui s'y étaient cachés, ce faisant les insectes se transformèrent en étoiles et les plus beaux sons sortirent du bâton que le garçon nomma didgeridoo.

Pure invention ou vraie légende, peu importe. Frédéric Marais a saisi l'opportunité de faire un album somptueux en s'inspirant des codes de l'art aborigène : deux couleurs fortes -orange et bleu- avec quelques touches de blanc se combinent entre elles suivant la technique du dot-painting (peinture par point) pour créer des illustrations couvrant des double-pages.
Une histoire pleine de charme naïf pour nous raconter la création du monde.

L'avis des internautes

Les avis exprimés ci-dessous n'engagent que leurs auteurs
le 12/08/2017 11:48

Voici un album très intéressant sur la mythologie des Aborigènes d'Australie. Le récit n'est pas authentique certes, mais il reprend les codes principaux de la culture aborigène tant sur la forme (peinture par point, utilisation de peu de couleurs) que sur le fond (importance des éléments naturels). Une bonne introduction à la découverte de cette culture pour les 4 à 8 ans. Encore une réussite de Frédéric Marais avec "La science du caca" et "Yasuke" !

Présentation par l'éditeur


Au début du monde, il y avait si peu d’espace entre le ciel et la terre que les hommes devaient se tenir à quatre pattes et ramper pour se déplacer. Mais un jour, un garçon trouve un morceau de bois bien droit et solide et décide de l’utiliser pour repousser le ciel de toutes ses forces. Le ciel remonte, jusqu’à ce que les arbres aient la place de pousser, les kangourous la place de sauter. Il