Aller au contenu principal

Chat perdu

Album
à partir de 3 ans
: 9782374080581
10.50
euros

L'avis de Ricochet

Pas de suspense dans ce livre : un chat sur un toit nargue un jeune garçon qui regarde à sa fenêtre. Sur la couverture, le chat n’a pas l’air perdu. Libre et inaccessible plutôt. Aventureux, il semble à l’aise. Il marche sur la rambarde. Aurait-il envie d’observer la lune ? Peut-être. Il s’approche d’une longue-vue… Le contraste noir / blanc de l’illustration rend sensible l’opposition entre la masse imposante des maisons et la légèreté, la fragilité de ce chat qui tutoie le ciel formidablement bleu.

La couverture donne le ton de l’album. Un dessin fourmillant de détails, d’une extrême finesse, associe mouvement et raideur. Nous faisons d’abord la connaissance de Chat, enroulé sur lui-même dans une attitude de sommeil, en gros plan. Nous le voyons ensuite debout, en alerte, prêt à bondir. De l’autre côté de la fenêtre et du quadrillage des carreaux, un oiseau. Ils sont face à face, nez à nez. Dans un savant changement de plan, le dessinateur croque une scène faussement paisible : un jeune garçon lit avec plaisir. Son chat sur le dossier du canapé fixe l’oiseau : il a vraiment trop envie de bondir ! C’est ce qu’il fait page suivante. Nous sommes maintenant en dehors de la maison. On voit les cheveux du jeune garçon, il lit toujours, inconscient de ce qui se passe entre le chat et l’oiseau.

L’intrigue est nouée. Que fait le chat ? Il va falloir le trouver au milieu d’une foule de détails et de scènes surprenantes. Une femme prend le soleil sous son parasol sur la terrasse. Une autre promène ses chiens, où est le chat ? Où est son jeune maître ? A-t-il remarqué maintenant l’absence du chat ?

Henry Cole dessine avec grand soin et réalisme son décor, une ville anglaise avec ses maisons jumelles étroites, ses fenêtres à oriels, ses escaliers et entresols. La vie fourmille dans ce tableau grâce aux activités de commerce, laverie, coiffure, pharmacie. Il multiplie les points de vue et repères. Par exemple, la boutique de retouches à l’angle de la rue ouvre une autre perspective. Il joue des pièges : ce chat sur la fenêtre, est-ce notre fugueur ? Ou celui-là sur les marches ? Non, repérable à sa tache noire sur le pelage, il traverse la rue, truffe au vent.

A la maison, le petit garçon s’inquiète. On sent le temps passer et la tristesse envahir le récit. Un regard sur le bol de croquettes vide, des affichettes « PERDU » placardées sur les poteaux et les tableaux vont s’enchaîner. Pourquoi le dessinateur nous fait-il admirer ce tableau idyllique au bord du canal ? Pour nous égarer, parce que, sur la balustrade du pont, ce chat avec sa tache noire… !

Jusqu’à la fin, heureuse, Henry Cole va jouer avec son lecteur et ses nerfs. Cherche et trouve, nous dit-il. Nous participons à la peine du jeune garçon, nous prenons plaisir à nous promener dans cette ville qui semble familière. Un livre très habile pour les jeunes lecteurs d’images.

Présentation par l'éditeur

Un jeune maître inquiet recherche son chat à travers toute la ville. Chat perdu ? Ou chat perché sur les toits. Le filou ne se cache jamais bien loin… À toi de l’aider à le retrouver… 

Voir un extrait