Aller au contenu principal
Espace publicitaire
Fermer

Ce que je peux porter

Album
à partir de 5 ans
: 9782226255006
13.90
euros

L'avis de Ricochet

Comme dans un conte de randonnée des personnages défilent : canard, jongleur, lapin, chat, chien, renard, oie, dindon, raton laveur…. Tous annoncent ce qu’ils peuvent porter, ou non. Le canard a mal au dos, il ne peut rien porter mais le jongleur s’empare des petits pois, le lapin s’occupe des tables, le chat du lait et le chien de son os. Les appariements entre le personnage et ce qu’il déclare porter est souvent malicieux. Porter le lait pour le chat ou un os pour le chien est intéressé. Parmi les porteurs s’invitent des personnages étonnants : Alice, Fifi et un garçon au nez en bois ; l’oie qui emporte un jeu bien connu, le vent qui se propose pour emporter les pensées ; ou encore la pluie qui transporte l’eau du bain.
Ce défilé ininterrompu engendre un remue-ménage qui s’ordonne lorsque le silence s’installe. Aux images toutes orientées par le mouvement de gauche à droite, succède alors une maison figée, rangée où l’on reconnait les objets transportés précédemment. Grand-père, Grand-mère, Papa, Maman, dans l’épuisement du déménagement se posent mais l’enfant court déjà.

Autour de cette expérience familiale d’un déménagement lié à une naissance, et du temps qui file, Ramona Badescu et Bruno Gibert créent une comédie déconcertante. Les couleurs, violentes, la composition des images créent des tableaux incongrus, un vent de folie a emporté la maison, au déséquilibre succède un calme qu’on pressent très relatif, puisque l’enfant plume déjà le canard. Une écriture et une illustration originales.

Présentation par l'éditeur


« Je ne pourrai RIEN porter du tout, j'ai le dos fragile » prévient le canard têtu. À sa suite, défilent le chat, le chien, le grand-père, l’éléphant, le vent… tous chargés d’un objet : farine, oreillers, chaises, lait à moitié lapé, chansons, jeux, Lune… Cette histoire-randonnée fait défiler les déménageurs les plus improbables, et raconte le joyeux désordre d’un remue-ménage où chacun se pose