Aller au contenu principal

#Bleue

Soon
Roman
à partir de 13 ans
: 9782748516869
15.90
euros

L'avis de Ricochet

Dans un monde futur, la douleur psychique a été annihilée. Une piqûre par une équipe de la CEDE (Cellule d’Eradication de la Douleur Emotionnelle), un point bleu sur le poignet, et le monde redevient beau. Beau, mais aussi fade, indifférencié, et régi par la connexion au réseau. Astrid est une de celles qui se rebellent contre ces pratiques ; elle fait partie du mouvement SOS (pour SOuvenirS). Elle n’a rien dit à son petit ami Silas, lui-même un doux rêveur. Et puis le pire arrive. Astrid est renversée par un camion, décède. Silas reçoit son premier point bleu. Il raconte son expérience, sa nouvelle façon de voir – ou de ne pas voir – les choses. Nous remontons ensuite dans le temps, et Astrid livre sa version… jusqu’à rejoindre le présent.

J’avais apprécié Théa pour l'éternité, sur la thématique de l’immortalité, mais pas autant que #Bleue, construit comme un roman à suspense fort : la fin renverse tout ce que l’on sait et avait pu réfléchir. Le livre fait appel à des émotions très concrètes, à des situations quotidiennes. Nous ne sommes pas forcément loin de ce dont parle Florence Hinckel (antidépresseurs nombreux, gestion de stress post-traumatique codifiée…) et le sujet fait immédiatement mouche, alors que Théa restait pour le moment de l’ordre de la science-fiction.

Dès lors, la démocratie, qui n’existe déjà plus vraiment dans #Bleue, apparaît comme notre rempart ultime face à une science sans conscience. Ecrit sans effusion si ce n’est un certain lyrisme amoureux d’Astrid, adolescente avec un grand A, sombre mais pas sans espoir (voir le rôle final des médias), l’ouvrage effectivement très actuel mérite une lecture attentive. Pour la liberté de penser, tout simplement.

A noter des voyages virtuels qui auraient confondu Baudelaire.

Présentation par l'éditeur


Depuis la création de la Cellule d’Éradication de la Douleur Émotionnelle, la souffrance psychologique n’a plus cours. Il suffit de se faire oblitérer, et on ressort comme neuf ; seul un point bleu à l’intérieur du poignet garde la trace de cette douleur effacée. L’intervention est obligatoire pour les mineurs. Les adultes, eux, ont le choix. Le jour où sa petite amie Astrid se fait renverser par