Aller au contenu principal

Rechercher un livre

Bienvenue à Oswald !

Roman
à partir de 9 ans
221 pages
: 9782352902171
16.90
euros

L'avis de Ricochet

Une belle illustration de couverture avec cette petite Japonaise au chignon piqué de grues de papier plié entraîne le lecteur curieux dans l’aventure de Chiméri Casteldor. Pour la énième fois, Chiméri est victime du goût immodéré de ses parents pour les visites culturelles, de préférence même historiques. Pour les mettre à l’amende, dans la forêt du château de Renouvault, avant la grande fête d’Halloween, elle décide de faire semblant de se perdre.

Mais c’est après une chute sévère qu’elle reprend conscience à Oswald, un univers souterrain, un purgatoire où se côtoient créatures magiques, humains fraîchement décédés et opprimés, catégorie à laquelle Chiméri est rapidement associée. Ce sont des êtres condamnés à rester, voire à servir à Oswald pour l’éternité. Parmi eux Haruka, qui devient sa protectrice. Entre elles deux, en effet, le sentiment d'un lien ancien les attire et les unit. Partagée entre son désir de retrouver ses parents et celui de découvrir ce monde fantastique, Chiméri va vivre en quelques jours une aventure digne des épopées de fantasy dont l’auteure Célia Garino se revendique la fière héritière.

Ce premier roman est encore tout pétri de ses célèbres modèles et les lectrices et lecteurs avertis repèrent les nombreux clins d’œil. Dans ce monde de fées, souterrain comme il se doit, sous un château endormi depuis des siècles, on retrouve des figures de légende : Circé la magicienne, travestie en vahiné ; Jack O’Lantern devenu gardien des morts ; l’illustre Nessie qui a finalement quitté le loch Ness. D'autres créatures sont également évoquées : la fée bleue de La Belle au bois dormant version de Disney ; Rumpelstilzchen devenu Pumpernickel ; et la chute de Chiméri évoque celle d’une autre petite fille aventureuse, Alice… Enfin des créatures auxiliaires apparaissent, comme Lulu la luminière « qui tient chaud et qui tient compagnie » ou Pierrot l’araignée qui grandit ou rapetisse selon les besoins du moment. N'oublions pas de citer le personnage phare : la magnifique Haruka dans son kimono, à la fois fragile et invincible, une mutine guerrière tout droit venue du royaume des mangas…

Mais ce catalogue des souvenirs n’est pas indispensable pour s’immerger dans les aventures de Chiméri qui va devoir affronter le terrible chancelier Suez pour traverser le miroir et retrouver son monde. On est presque déçu par la facilité avec laquelle elle en vient à bout, et c’est finalement le sentiment qui domine lors de la lecture. Le personnage de Chiméri Casteldor, magnifiquement nommée, va affronter son histoire et son destin, celui d’une petite fille différente et solitaire, qui a besoin d’amitié et de protection pour grandir et révéler sa vraie nature : elle n’est pas elle-même une chimère, et c’est grâce son monde intérieur qu’elle va l’éprouver. Le roman foisonne de fantasmagories qui ne servent que de prétextes, de décor, à l’évolution d’une enfant inquiète vers son épanouissement personnel. Plein de promesses, l’ensemble sonne comme l’ouverture d’une œuvre. L’auteure Célia Garino émergera-t-elle de l’ombre de ses illustres parrains et marraines de fantasy ?

Présentation par l'éditeur

Une fois de plus, Chiméri doit suivre ses historiens de parents dans une excursion culturelle. Alors, elle traîne le pas tant et finit par se perdre… Et tombe dans un monde parallèle où elle devient l’ennemi public Numéro 1 et où ses seuls amis sont des opprimés. Mais quel lien secret unit Chiméri à cet univers inconnu ? Pour le découvrir, elle partira avec ses amis à la rencontre de son enfance…