Aller au contenu principal
Espace publicitaire
Fermer

Arthur, l'autre légende

Sélection des rédacteurs
Stéphane Carn
Roman
à partir de 14 ans
: 9782070614400
12.00
euros

L'avis de Ricochet

An 500, île de Bretagne. La jeune Gwyna voit son village décimé par les guerriers d’Arthur, dit l’Ours, alors chef de bande comme tant d’autres. Le barde Myrrdin la prend sous sa protection, la met dans le secret de ses manipulations pour faire d’Arthur un véritable roi d’Angleterre. C’est ainsi que la petite fille – déguisé en garçon pour passer inaperçue – assiste à l’embellissement de la moindre aventure, participe à des « miracles »… Plus grande, elle se refait fille dans le sillage de Dame Gwenhwyfar, épouse d’Arthur, et assiste au tendre amour impossible de sa maîtresse pour le chevalier Bedwyr.
L’Histoire nous dit bien qu’Arthur est certainement moins brillant que la légende ne le présente… On imagine également que Merlin, Guenièvre, Perceval et consorts étaient avant tout des humains. Mais la façon dont Philip Reeve les présente, résolument démystificatrice et moderne, ne laissera pas de troubler, voire choquer les aficionados de la Table Ronde ! Merlin surtout, habile politique qui n’est pas sans rappeler les nôtres, réjouit le lecteur. Il use des moyens les plus divers et tordus pour atteindre son but, certes altruiste, d’unifier le pays autour de la lutte contre les Saxons. Avec lui, le violent et alcoolique Arthur devient un envoyé des dieux, guerrier à la force de titan, chef préoccupé du bien-être des autres. On retiendra la séquence inaugurale d’Excalibur sortant des eaux par la main de Gwyna - Dame du Lac pour l’occasion… Bonne élève, la jeune fille reprendra d’ailleurs le flambeau de son maître afin de défendre la mémoire de Guenièvre. C’est elle la narratrice, qui nous raconte le quotidien de Merlin et d’Arthur, mais s’attarde aussi sur ses propres affects, ses réflexions… Elle donne à un récit somme toute connu un caractère vivant, proche, souvent drôle car elle n’a pas sa langue et ses idées dans sa poche. A travers elle, le roman prend encore une valeur documentaire : d’abord petite servante, puis écuyer, enfin gente dame, elle expérimente toutes les facettes de la vie dure de cette époque. Le rapport à la religion, entre paganisme et christianisme, est bien rendu dans sa complexité. Rythmé, superbement écrit et traduit, Arthur, l’autre légende mérite notre attention particulière dans une production jeunesse abondante sur le thème.
Prix Carnegie Medal 2008

L'avis des internautes

Les avis exprimés ci-dessous n'engagent que leurs auteurs
le 02/25/2012 15:21

j'ai dû lire ce livre bon à cause de l'école mais je l'ai bien apprécié peut être long mais intéressant !