Aller au contenu principal

Après le pont noir

Leporello
à partir de 5 ans
: 9782361934248
24.50
euros

L'avis de Ricochet

Kveta Pacovska propose à ses lecteurs une nouvelle expérience de lecture. Tout commence par une indication « après le pont noir – entrez ». Invité, le lecteur suit alors le chemin qui le mènera vers une piste inconnue. Car par où passer ? Le chemin est multiple grâce à un grand jeu de rabats. Le lecteur dépliera-t-il tout le livre ? Ou se laissera-t-il bercer par la tournure habituelle des pages, une lecture de droite à gauche ?

Ici, la lecture peut donc partir dans tous les sens. Et l’on suit un petit clown qui se réveille et se dirige vers ce fameux pont noir. Ce pont, bien sûr magique, se dote se couleurs multiples. Le lecteur doit alors faire attention à ne pas chuter dans les trous qui parsèment certaines pages. Et l’invitation à entrer se poursuit, la course n’est pas terminée : voilà que l’on rencontre différents personnages. Jusqu’où nous emmène Kveta Pacovska ? Jusque derrière les pages, et même entre elles car les limites n’ont plus de forme, le continu a pris sa place.

Dans ce nouveau titre, l’auteur offre encore une fois un objet d’art aux multiples facettes. Toujours, ses couleurs favorites sont présentes : un rouge et un noir qui dominent ; un argenté qui se fait miroir ; une palette de couleurs qui apparaissent sporadiquement. Et, par instants, le crayonné laisse la place à l’imaginaire, esquisse le début d’un mouvement, suggère. Sans cesse Kveta Pacovska éblouit par son art ; ce nouveau titre, précieux livre-objet, offre alors un merveilleux voyage artistique et philosophique de l’autre côté d’un pont.

Présentation par l'éditeur


Chaque jour, Kveta Pacovska a traversé le pont noir à Prague pour se rendre à son atelier et cela lui arrive encore souvent. Le pont noir est un pont magique : il devient coloré, « de toutes les couleurs que nous connaissons ». Et il s’y passe « de très étranges et… de très belles choses… ». On y croise le personnage du clown, cher à l’artiste, et celui d’un clown « très pâle, très fin, très