Les classiques


Barbe-Bleue

L'auteur :

Charles Perrault

Première édition :

Contes de ma mère l'Oye, ou Histoires ou contes du temps passé avec des moralités, Barbin, 1697. Le titre original est : "La Barbe bleue".

Les principaux illustrateurs :

Eric Battut - Danièle Bour - Jean Claverie - Alfred Croqwill - Thierry Dedieu - Achille Devéria - Marie Diaz - Gustave Doré - Jean Gigoux - Kelek - Félix Lorioux - Nathalie Louis-Lucas - Henri Morin - Pierre Mornet - Joseph Edward Southall - Sybille Delacroix

En bref...

La femme de Barbe-Bleue, entrée par curiosité dans le cabinet interdit, y découvre les six précédentes épouses assassinées par son mari. Trahie par la clef tâchée de sang, elle n'est sauvée du même châtiment que par l'arrivée in extremis (Anne, ma soeur Anne, ne vois-tu rien venir ?) de ses frères.

A l’origine, le conte de se rattache à trois variations d’une même histoire. Selon Paul Delarue, la première version se serait répandue au Canada et dans le reste de l’Europe. Dans ce conte populaire, un monstre violent enlève successivement trois sœurs et les soumet à la tentation de la chambre interdite. Heureusement, l’une des sœurs parvient à s’échapper furtivement et à sauver ses sœurs de l’animal fabuleux. La seconde histoire se rattache au conte oral français, la plus proche de la version de Perrault. Un homme tue ses femmes les unes après les autres pour les faire payer de leur curiosité jusqu’à ce qu’il soit tué à son tour pour tous les crimes qu’il a commis et que justice soit faite. La troisième interprétation est une forme christianisée du conte original, née dans le centre de la France, elle raconte l’histoire de deux sœurs enlevées par un être diabolique. Heureusement, des êtres divins viennent les sauvées du Malin. De son côté, Michèle Simonsen souligne dans son livre Le conte populaire français, la différence entre La Barbe-Bleue française et celle d’ailleurs. En France, le héros est un mari monstrueux rattaché au personnage de Gilles de Rai et aux crimes atroces qu’il a commis. Ailleurs, il garde l’apparence de l’animal fabuleux. Perrault conserve cette particularité française et reste fidèle à la tradition orale en gardant le thème général, le motif et les traits principaux. Il retravaille cependant la formulation de l’histoire et apporte quelques modifications importantes.


Choix d'édition :

Barbe-Bleue - Ill. par Chiara Carrer - La Joie de Lire - 2008
La Barbe Bleue - Ill. par Zaü - Gallimard Jeunesse - 2007
La Barbe-bleue - Ill. par Thierry Dedieu - Seuil Jeunesse - 2005
Barbe Bleue - Ill. par Pierre Mornet - Thierry Magnier - 2005
Barbe-Bleue - Ill. par Marie Diaz - Magnard Jeunesse - 2003
Douce et Barbe Bleue - Gallimard Jeunesse - 2003
La Barbe bleue - Ill. par Thierry Laval - Lire c'est partir - 2003
Barbe-Bleue - Ill. par Jean-Louis Thouard - Gründ - 2002
La Barbe bleue - Ill. par Korky Paul - Milan - 2002
La Barbe bleue - Ill. par Sybille Delacroix - Casterman - 2000
La Barbe Bleue - Ill. par Eric Battut - Bilboquet - 2000
Barbe-Bleue - Ill. par Jean-Pierre Corderoch - Lito (éditions) - 1997
Barbe bleue et autres contes - Ill. par Renate Seelig - Le Sorbier - 1997
Barbe-Bleue - Mango jeunesse - 1995
Barbe-Bleue - Ill. par Nadine Soubrouillard - Nathan - 1993
La Barbe bleue - Ill. par Jean Claverie - Gallimard Jeunesse - 1993
La Barbe bleue - Ill. par Jean Claverie - Albin Michel Jeunesse - 1991
La Barbe Bleue - Ill. par Nathalie Louis-Lucas - Casterman - 1991
Contes - Ill. par Keiko Kasza - Hatier - 1986
Les Contes de Perrault - Ill. par Danièle Bour - Grasset Jeunesse - 1984
Contes - Ill. par Félix Lorioux - Hachette Jeunesse - 1927
The story of Bluebeard - Ill. par Joseph Edward Southall - Lawrence and Bullen - 1895
Contes - Ill. par Jean Gigoux - Lecou - 1851
Barbe-Bleue - Ill. par Alfred Croqwill - Routledge - 1845
Contes - Ill. par Achille Devéria - Mame - 1835
Barbe-Bleue - Ill. par Henri Morin - -0001
Contes - Ill. par Gustave Doré - -0001

A suivre...

L'origine
Des personnages folkloriques (le roi Komor de la légende bretonne de sainte Trophime) et historiques, comme Gilles de Rais, ont probablement inspiré le personnage de Barbe-Bleue. La mode est alors aux contes, et Perrault en a déjà publié trois en vers en 1694. Le recueil en prose des huit Histoires ou contes du temps passé, dont Barbe-Bleue, connaît un énorme succès.
La version orale de ce conte contient de nombreux traits absents de l'adaptation de Perrault : animal messager, petit chien ou oiseau parlant, inventions qui rendaient plus vraisemblable et plus haletant l'épisode final.
Les histoires galantes qui forment le fond des contes de fées fort à la mode dans les salons à la fin du 17ème siècle, ne se réfèrent absolument pas à la tradition populaire. Les contes de Perrault, issus de la tradition orale (à l'exception de Grisélidis et Riquet à la Houppe) tranchent sur cette production. Mais Perrault, s'il garde l'essentiel des versions orales, les travaille beaucoup, ajoutant, retranchant, modifiant personnages et épisodes pour aboutir à des adaptations très littéraires, correspondant au goût du public de la Cour. Il prend ses distances par rapport au merveilleux populaire et à la crédulité qu'il suppose : moralités en vers et ajouts narquois ici et là en témoignent. Le succès des Contes de Perrault dépassera rapidement la Cour, et les livres de colportage les rendront à la tradition orale dont ils sont issus, la modifiant à leur tour. Le public lettré, lui, considérera désormais les contes merveilleux comme des histoires pour les enfants.
Le héros
C'est un riche gentilhomme entouré de mystère car ses épouses disparaissent sans laisser de traces ; il ne plaît pas aux femmes : sa barbe bleue (trait qui ne se retrouve que dans l'adaptation de Perrault et dans celles qui s'en sont inspirées) le rend très laid. Il laisse à sa femme en partant en voyage une clé dont il lui interdit en même temps de se servir sous peine de mort (cf. le père de Rosette chez Mme d'Aulnoy), sachant bien qu'ainsi il pique sa curiosité. Nulle pitié ensuite puisqu'elle était prévenue ! Il a pour ainsi dire sa conscience pour lui. Mais à l'issue d'un suspense haletant, on nous confirme heureusement que le meurtre en série est plus grave que la curiosité et l'abus de confiance : c'est lui qui sera finalement châtié !
Pour aller plus loin
Probablement l'un des contes de Perrault les moins faits pour les enfants. Le seul détail qui y évoque le merveilleux est la tâche de sang ineffaçable sur la clef magique.
Les adultes trouveront à cette noire histoire de multiples interprétations, jusqu'à celle de la fatalité destructrice de l'amour perpétuellement déçu, ou bien l'idée que la connaissance du secret profond de la destinée humaine ne se paie que par la mort... Mais il faut peut-être commencer par ce que Perrault nous dit lui-même dans les deux moralités à l'exemple de La Fontaine sur lesquelles il conclut cette "fable" :
La curiosité malgré tous ses attraits,
Coûte souvent bien des regrets;
On en voit tous les jours mille exemples paraître.
C'est, n'en déplaise au sexe, un plaisir bien léger;
Dès qu'on le prend il cesse d'être,
Et toujours il coûte trop cher.

Autre moralité
Pour peu qu'on ait l'esprit sensé,
Et que du Monde on sache le grimoire,
On voit bientôt que cette histoire
Est un conte du temps passé;
Il n'est plus d'Epoux si terrible,
Ni qui demande l'impossible,
Fût-il malcontent et jaloux.
Près de sa femme on le voit filer doux;
Et de quelque couleur que sa barbe puisse être,
On a peine à juger qui des deux est le maître.

Adaptations :

La littérature Fitchers Vogel, des Frères Grimm.

Les sept femmes de Barbe-Bleue, Anatole France, 1909.

Barbe-Bleue, de Max Frisch, Gallimard, 1984.

Barbe-Bleue, de Georg Trakl, in Œuvres complètes, Gallimard, 1972. Les adaptations pour les enfants : Barbe-Bleue, (BD Moustache et Trottinette), texte et dessins de Calvo, Futuropolis, 1977.

Le Petit Poucet, Barbe-Bleue, de Pierre Albert-Binot, Coll. Théâtre, vol. 6, Mortemart, 1980.

Catherine Colomb, Ginette et le père Noël, I.L.M. Paris, 1988
A partir de 4 ans - Un étrange Père Noël à la barbe bleue distribue à tous les enfants des invitations pour le soir de Noël. Ginette décide de prendre cette invitation au sérieux et part au rendez-vous. Dans le salon, un autre petit garçon, Jeannot, est déjà là. A peine est-elle arrivée que le Père Noël laisse seul les enfants en leur remettant les clés de la maison et en leur interdisant d’ouvrir la porte de son cabinet secret. Les enfants, tentés, ouvrent la porte interdite. Des marionnettes et des peluches vivantes ficellent les enfants en les menaçant d’être eux aussi transformés en jouets par Barbe-Bleue. Heureusement, les enfants parviennent à se délivrer de leurs chaînes et font fuir le criminel en lui faisant peur.
Dans son format à l’italienne, ce livre mêle dans ces pages deux personnages très connus et ressemblants quoique complètement opposés : le Père Noël et Barbe-Bleue. Ce drôle de personnage porte un costume rouge de Père Noël et une horrible barbe bleue. Le conte de Catherine Colomb reprend l’histoire principale de La Barbe-Bleue de Perrault tout en la recontextualisant dans le cadre de Noël. Elle la rend plus accessible aux enfants car elle enlève du conte les passages les plus sanglants. Le méchant homme ne tue pas ses invités, il les transforme en jouets et lui même n’est pas tué : pas une goutte de sang ne coule dans cette histoire qui ressemble au final à une farce d’enfant.


Grégoire Solotareff, Barbe-Rose, ill. de Nadja, Renardeau, L’Ecole des loisirs, 1990
A partir de 6 ans - Barbe-Bleue, le célèbre tortionnaire, a un frère caché Barbe-Rose qu’il ne désire en aucun cas présenter au reste du monde par peur des moqueries. Barbe-Rose est si gentil qu’il déshonorerait la famille ! Un jour, Barbe-Bleue se marie à une jolie jeune fille et lui remet les clés du château et celle d’un cabinet secret dans lequel elle ne doit absolument pas pénétrer sous peine de mort. Lors de son absence, elle ne peut résister, entre dans le cabinet et y découvre les ex-épouses de son mari découpées en morceaux. Lorsque Barbe-Bleue revient, il s’aperçoit de la traîtrise de sa femme et la découpe elle aussi en rondelle. Heureusement, Barbe-Rose recoud toutes ces jeunes femmes et part en secret se marier avec elles en…Arabie !
Un interprétation somme toute peu différente de l’histoire de Perrault avec des ajouts humoristiques. Barbe-Rose s’emploie à être un personnage du côté du bien et s’évertue à réparer le mal que commet son frère guerrier. Son personnage contribue à rétablir un équilibre au conte. De cette manière, il est réadapté aux enfants qui sont sûrement ravis de voir ressusciter les pauvres épouses du mari cruel. A cela, Solotareff ajoute sa touche drôle et irrésistible en finissant l’histoire par le mariage de toutes les femmes de Barbe-Bleue avec Barbe-Rose en Arabie ( un pays où la polygamie est monnaie courante ). Cet additif permet de relativiser l’horreur des actes du mari monstrueux et de donner au conte cruel une part de fantaisie.

Barbe-Bleue, Montreuil, Théâtre des Jeunes Spectateurs, le 30 novembre 1989, texte de Jean-Pierre Moreux et Patricia Giros d'après le conte de Perrault, ill. de Frédéric Clément, Actes Sud, Papiers, 1989. Le théâtre Ariane et Barbe-Bleue, drame fabuleux en trois actes de Maurice Maeterlinck, 1902.

Coup de bleu, mise en scène de Bruno Castan, 1997.
C'est le conte à l'envers, le récit des voyages de Barbe-Bleue et de ses rencontres. Le cinéma Barbe-Bleue, de Méliès, 1901.

Barbe-Bleue (Bluebeard), d'E. Dmytryk, 1972.

Barbe-Bleue, de Christian-Jaque, d'après Perrault, 1951.

Barbe-Bleue, Walt Disney Productions (1968) La musique Raoul Barbebebleue, opéra de Grétry, 1789.

Barbe-Bleue, opéra-bouffe d'Offenbach, livret de Meilhac et Halévy, 1866.

Ariane et Barbe-Bleue, texte de Maurice Maeterlinck, musique de Paul Dukas, drame lyrique, 1907.

Le château du prince Barbe-Bleue, opéra de Bela Bartok, 1911.


... et quelques chansons plus contemporaines :
Barbe-Bleue dans le CD Monsieur le Comte de Perrault, de J.L. Negro-Pius et Laurent Bacri, chanté par Bérénice et Claude Brasseur, 1994.
Barbe-Bleue dans le CD Du pain et des roses d'Angelo Branduardi, 1988.
Barbe-Bleue dans le CD Toujours un coin qui me rappelle, d'Eddy Mitchell, 1995. Cd-Rom Les Contes de Perrault, Encyclopédie de la littérature française, Bibliopolis, 1998.

new