Notre invité : Mathis


Né d’une mère Basque et d’un père Alsacien, Mathis ne parle ni le Basque, ni l’Alsacien. Après avoir grandi dans le massif Vosgien (côté Alsacien), Mathis devient dessinateur en bâtiment et travaux publics, puis marin (à terre) à Toulon, puis chômeur, puis entre à l''École de l'Image d'Epinal, puis aux Beaux-Arts de Nancy. Auteur et illustrateur, Mathis se consacre principalement aux livres pour la jeunesse, à Nancy, où il vit aujourd'hui.
- A quel «héros» personnage de fiction vous identifierez-vous volontiers ?
À la fois à Calvin (de Calvin et Hobbes) et à Homer Simpson.




- Quelle utopie seriez-vous prêt(e) à défendre ?
Je ne crois pas aux utopies. Chaque médaille a son revers.


- A part être écrivain ou illustrateur, que rêveriez-vous d'être ?
Musicien.


- Où écrivez-vous ? Quel est le lieu qui vous inspire le plus ?
Principalement, j'écris chez moi, dans une pièce qui est mon lieu de travail. Sinon dans le train, ou partout ailleurs, du moment que j'ai un coin pour m'isoler un peu.




- Quel est le sentiment qui vous habite le plus souvent ?
L'entouthiasme, je crois.


- Quel (s) genre(s) de livre(s) vous tombe(nt) des mains ?
A la fois les livres trop lourds et les livres trop légers.


- Que redoutiez-vous enfant ?
La colère de mon père.


- Vous arrive-t-il de côtoyer des êtres imaginaires ?
Si vous parlez de fées, de trolls, ce genre de trucs, eh bien non. Mais lorsque j'écris, bien évidemment je vis tous mes personnages.




- Que feriez-vous ou diriez-vous à un ogre s'il vous arrivait d'en croiser un ?
Je lui demanderai comment ça va question cholestérol et diabète.


- Qu'avez-vous conservé de l'enfance ?
Du point de vue matériel, de rares livres. Sinon, l'enfant que j'étais est toujours bien présent en moi.


- Selon vous, qu'est-ce qui fait vendre un livre ?
Que des gens l'achète.


- Quel qualificatif vous colle à la peau ?
Contrariant.




- Quelle est la meilleure phrase qu'un enfant vous ait dite ?
Jean-Marc, je t'aime. (Adèle)


- Quelle est votre définition du bonheur ?
Tout est dans mon livre Cinq six bonheurs, aux éditions Thierry Magnier.


- Si vous aviez la possibilité de recommencer, que changeriez-vous ?
Juste une chose ou deux et, forcément, ça changerait tout.


- Enfant, quel genre de lecteur étiez-vous ?
Enfant, j'aimais lire mais j'avais d'autres priorité, comme jouer aux légo, au foot et à la guerre et aux indiens dans la forêt avec les copains et mes frères et soeurs. Par contre, vers 12 ans, je suis tombé dans la lecture comme Obélix dans la potion. Je lisais deux romans par semaine.
J'aimerais aujourd'hui avoir le temps de lire comme avant.




- Vis-à-vis de quoi vous sentez-vous impuissant ?
La bêtise, l'ignorance, et mon mal de chien à m'endormir.


- Quel est l'animal auquel vous ressemblez le plus ? Pourquoi ?
L'ours, paraît-il. Pourquoi, ce n'est pas à moi de le dire.


- Quel est le mot que vous préférez dans la langue française ?
Merde.


- Que souhaiteriez-vous que l'on retienne de vous ?
Franchement, cela m'est égal.


Vos livres
- Quelle est votre dernière sortie pour la jeunesse ?
Le bébé et le hérisson, roman petite poche aux éditions Thierry Magnier.


- Le(s) livre(s) dans votre production dont vous êtes particulièrement fier ou qui vous
laisse(nt) un souvenir particulier

Il y a Du bruit sous le lit, Potage Papotage, Cinq six bonheurs, La Glu, Faire et défaire, Victor Qui Pète, Henri, chienne de vie, Henri, fils de ses parents...




- Quel est le thème que vous aimez davantage traiter ?
Je ne sais pas. Quand j'écris je ne pense pas à un thème en particulier. J'ai des idées d'histoires et s'il se trouve que le même thème revient plusieurs fois, ce n'est pas voulu. Ce sont les histoires qui commandent.


- D'où est né votre premier livre/illustration ?
C'était une bande-dessinée qui n'est plus éditée à ce jour et qui a eu deux titres (Hey, vous avez pas vu le père Noël ? et ensuite SOS père Noël) aux éditions Paquet. Ce livre est né de ma rencontre avec Pierre Paquet qui débutait en tant qu'éditeur en Suisse.


- Quel livre en littérature de jeunesse auriez-vous voulu écrire ou réaliser à la place d'un autre ?
Pinocchio.




- Sur quel projet travaillez-vous actuellement ?
Le tome 3 de l'adaptation du Roman de Renart (éditions Delcourt) avec le dessinateur Thierry Martin. Sinon des illustrations pour les éditions La Maison est en carton, deux albums avec l'auteur Corinne Lovera-Vitali, et deux trois autres trucs en gestation.


- Où et comment vous voyez-vous dans 10 ans ?
Je ne me vois pas, ou plutôt, je ne préfère pas. Sans doute au même endoit, chez moi, à Nancy, avec des cheveux en moins.


Références
Littérature de jeunesse
- Un livre pour la jeunesse qui vous a marqué petit ?
Je me souviens d'un Oui Oui (j'ai oublié le titre), non pas en raison de ses qualités littéraires, mais parce que c'était le premier livre que j'ai lu d'une traite. Sinon, à l'école, il y avait un livre avec quelques histoires du Roman de Renart grâce auxquelles j'ai pu me perfectionner en impertinence.


- Quels sont vos auteurs-illustrateurs de référence ou qui pour vous développent une
approche intéressante ?

Que répondre à ça ? Je ne vais pas vous faire la liste des gens que je connais. Je crois qu'on est tous influencé par tout le monde, les vieux, les jeunes, les vivants et les morts.
Tellement de gens font ou ont fait de bonnes et belles choses.


- Quels sont vos livres «coups de coeur», les «incontournables» en littérature de jeunesse ?
L'appel sauvage (anciennement L'appel de la forêt) de Jack London. Et puis Pinocchio.
Et puis... une centaine d'autres... si ce n'est plus.


Culture
- Un film, une photo/illustration qui vous touche ?
Là, c'est pareil. Des films, je pourrais en citer une centaine. Disons «La bête humaine» de Jean Renoir. En illustration, celles, étranges, de Tibor Csernus, qui faisaient des illustrations de couverture de livres et que je regardais longuement.


- Un musicien
Etant fan de musiques électroniques depuis des lustres, je citerai Klaus Schulze. Plus récemment, énorme coup de coeur pour Murcof.


- Un lieu où vous aimeriez vivre
Peu importe le lieu, du moment qu'il n'y fait pas trop chaud.


- Une phrase (une devise) qui vous guide
Je ne vais pas me laisser guider par une phrase.




Actualité
- Vos dernières (bonnes) lectures ?
La route, de Cormack Mc Carthy.
Le chemin des âmes, de Joseph Boyden.


- Un site (sur les techniques graphiques, un auteur-illustrateur, une approche particulière du texte, de la littérature...) que vous souhaitez recommander ?
http://supermaxibazar.blogspot.com
http://sylviebessard.blogspot.com/
http://www.la-maison-est-en-carton.com
http://thierry-martin.blogspot.com
etc...



portrait de Mathis © Bruno Gibert

Voir aussi :

Mathis sur Ricochet
new