Aller au contenu principal

Histoires des livres pour les enfants : du Petit Chaperon rouge à Harry Potter

book image
Bayard jeunesse
2008

Résumé

Nouveau titre dans la collection Les Petits Guides J’aime Lire de Bayard, l’Histoire des livres pour les enfants s’adresse aux parents néophytes en la matière, et désireux de se constituer quelques bases culturelles. Il ne s’agit donc pas d’une bibliographie, ni d’un guide pratique stricto sensu, mais plutôt d’un petit ouvrage de vulgarisation rudement bien fait pour ses 60 pages et sa modique somme.

L’approche est chronologique. On apprend ainsi que la littérature de jeunesse est difficile à définir, qu’elle apparaît à peu près à la fin du XVIIème siècle, quand l’enfant commence à être considéré en tant que tel. Le Siècle des Lumières insiste sur ses fonctions pédagogique et morale. Au XIXème siècle, la scolarisation massive favorise son développement, et notamment les romans d’aventure. L’album se répand au début du XXème siècle, à la faveur des progrès techniques de l’imprimerie. La littérature de jeunesse se conçoit alors comme internationale (beaucoup de traductions), libre de ton, ce qui va gêner certains milieux catholiques à l’origine par exemple de la loi de 1949. Après la Deuxième Guerre Mondiale, on invente une nouvelle écriture, attentive à la psychologie de l’enfant, moderne. C’est l’essor des bibliothèques pour la jeunesse, le début du phénomène des séries. En 1968, rupture : les auteurs n’écrivent plus forcément en direction des enfants, privilégiant l’imaginaire, le graphisme inventif. La littérature adolescente apparaît. La loi sur le prix unique du livre date en France de 1981. Les documentaires, et la vulgarisation scientifique, profitent enfin d’avancées techniques pour se développer, à la fin des années 1980. Aujourd’hui, le marché de la littérature jeunesse va bien ; il est marqué par quelques tendances fortes : internationalisation, concentration, émiettement, déclinaison des personnages sur x supports. La littérature pour les enfants a conquis une visibilité (merci Harry Potter) et une légitimité, qui rendent d’autant plus nécessaire le rôle professionnel de passeur du livre.

Agrémenté de citations de toutes les époques, bien structuré, clair – en rouge les passages importants, des encadrés qui servent de « focus » -, ce petit guide franco-centré propose encore une chronologie et des pistes de lectures documentaires. A consulter avant un passage à l’exposition actuelle de la BNF « Babar, Harry Potter et compagnie : livres d’enfants d’hier et d’aujourd’hui ».

Sophie Pilaire.