Aller au contenu principal

Zébulon et la pluie

Album
à partir de 2 ans
: 9782352892816
14.00
euros

L'avis de Ricochet

Drôle de petit personnage que ce Zébulon ! Deux gros yeux ronds et un pelage rayé, découpé en noir et blanc, il n’a pas vraiment l’air de bonne humeur sous son parapluie ! Effectivement, et c’est l’objet du livre, il n’y a pas vraiment de raison d’être heureux sous la pluie… Sauf si on est un scarabée ; un têtard, une baleine ou une hirondelle. Car pendant que Zébulon grommelle à la recherche du robinet pour arrêter toute cette eau qui tombe, il rencontre le scarabée qui a besoin de l’eau pour faire pousser les plantes et rouler la boue. Il croise ensuite le têtard qui nage. Comment pourrait-il ne pas apprécier la pluie dont les petits ruisseaux font les grandes rivières ? Même chose pour la puissante baleine. Tous, même l’hirondelle qui apprécie les nuages porteurs de pluie, tous démontrent à Zébulon que regretter la pluie c’est avoir une vue courte du monde et ne penser qu’à lui qui « en a plein le dos ».

Entre parole rythmée et conte de randonnée, cette aventure ouvre la voie à une connaissance du cycle de l’eau. Sur terre, sur mer, dans l’air, l’eau importe à chacun. Source de vie, elle circule en surface et dans l’espace, indifférente aux petits tracas de ce drôle de Zébulon.

Sans se prendre au sérieux, une amusante façon d’apprendre de la solidarité des éléments de la nature qui se moque de nos désagréments passagers, limités au bout de notre nez. Et pan Zébulon, apprend ! Comme souvent chez Alice Brière-Haquet, la chute est pleine de malice.

Le dessin très épuré, les à plats bicolores bleu et noir de la gravure d’Olivier Philipponneau et Raphaëlle Enjary redoublent le plaisir que l’on prend à l’histoire.
Ainsi associés, auteure et illustrateurs nous entraînent en voyage entre imaginaire et fantaisie.

Présentation par l'éditeur


Zébulon se cache sous son parapluie. Mais d’où vient toute cette eau qui lui tombe sur le dos ? C’est décidé, il va couper le robinet ! Mais les autres animaux ne sont pas tout à fait d’accord : le scarabée mange l’herbe que la pluie fait pousser, le têtard ne saurait plus où nager et la baleine prétend que plus rien ne remplacerait l’eau de mer qui s’est évaporée. Voilà Zébulon hué par les