Aller au contenu principal

Rechercher un livre

Syllabus le mangeur de lettres

Album
à partir de 5 ans
: 9782368340448
12.90
euros

L'avis de Ricochet

Un animal bizarre un peu grenouille, un peu dinosaure, visiblement glouton, dénommé Syllabus, dévore des fragments de mots. Cela semble moins effrayant qu’un ogre mangeur d’enfants. L’album veut nous convaincre du contraire. Plusieurs exemples servent de démonstration. POMME coupé en deux et privé de ses extrémités devient MME puis M. L’illustration s’applique à la lettre. La pomme est d’abord croquée à gauche, puis à droite pour ne garder que la lettre centrale, M, trognon désolant. GIRAFE qui subit le même traitement devient RA « même pas RAT ». Avec le T de RAT, Syllabus fait du thé et des TARTINES desquelles ne restent bientôt que les TI.

Sur ce principe, Syllabus va jouer avec les prénoms de quatre enfants : Joséphine, Victor, Ludovic et Tom. En croquant une syllabe, Joséphine devient JO SE, Ludovic LU DO, Victor VIC mais TOM ? Tom a disparu… On le voit transparent gris, assis sur un banc, comme une âme en peine. Les enfants vont se mettre à la recherche de Syllabus jusqu’au moment où ils vont lui faire recracher les lettres une à une pour reconstruire leurs prénoms, et donc ce qu’ils sont.

On le voit, découpage graphique et jeux de mots sont l’objet de ce petit livre malin qui s’amuse à martyriser les lettres et les mots pour mettre en évidence la plasticité de la langue. Cette quête amène les lecteurs à réfléchir sur le rôle du prénom, sur la composition, décomposition des mots en syllabes, en lettres et met en lumière les manipulations fondamentales de toutes les langues alphabétiques écrites : extension, si on ajoute VIC à Ludo alors on a Ludovic et cela rend très content l’enfant ainsi prénommé ; réduction, l’opération inverse pour raccourcir un nom, quand Joséphine devient José, est-elle la même ? ; substitution, M-O-T c’est aussi bien un MOT que TOM…

Le livre grignoté comme un biscuit, les illustrations très vivement colorées, les dessins caricaturaux plairont aux enfants. Si l’histoire est sans enjeux, la démonstration vivement menée peut les aider à comprendre le principe alphabétique et à entrer dans la lecture par la manipulation des lettres et le jeu. Peut-être un adjuvant salutaire pour comprendre ce que c’est que d’apprendre à lire.

Présentation par l'éditeur


Le syllabus est un drôle de monstre : il mange… les syllabes de vos prénoms ! Ainsi la pauvre Victorine n’est plus que Victor. Puis : Vic !


Une histoire – qui est une vraie aventure – pour jouer avec les premières notions d’agencement des mots.

Feuilleter un extrait