Aller au contenu principal

Renversante

Sélection des rédacteurs
Roman
à partir de 10 ans
93 pages
: 9782211239387
10.00
euros

L'avis de Ricochet

Le père de Léa invite la petite fille à réfléchir à la position des hommes et des femmes dans la société, en prenant l'exemple de son frère jumeau Tom. D'accord, il va être question de sexisme. Mais nous sommes à l'intérieur d'un monde « renversant », dans lequel ce sont les femmes qui deviennent chefs d'État et les hommes qui gardent les enfants à la maison. Léa considère cet état de fait naturel. Cependant, en passant en revue au fil des chapitres le fonctionnement de son univers, elle finit par se poser des questions. Laisse-t-on véritablement toutes ses chances à Tom ? Et même elle, n'est-elle pas influencée dans ses choix ?

La narratrice fait part de ses découvertes au lecteur, dans un second degré à prendre en compte d'emblée. Cela va des noms de rues exclusivement féminins aux petits garçons agressés sexuellement, en passant par les quotas de représentation des hommes dans la vie publique et les grandes entreprises. L'autrice se réfère de très près à des éléments actuels de notre société, simplement en les inversant avec application. L'effet est remarquablement instructif, de même que la frise chronologique finale destinée à rassurer : au fil des siècles, la place des hommes a quand même bien progressé et ils sont moins maltraités ! Ainsi rédigée, la fiction est beaucoup plus efficace qu'une variation de micro-aventures de cours d'école qui finirait par une liste de bonnes intentions. On pense au film Jacky au royaume des filles de Riad Sattouf (2014)...

Présentation par l'éditeur

Dans le monde de Léa et Tom, les rues et les établissements scolaires ont des noms de femmes célèbres, et ce sont les hommes qui s'occupent des enfants. Comme dans toutes les écoles, on apprend que le féminin l'emporte sur le masculin, "parce qu'il est réputé plus noble que le masculin à cause de la supériorité de la femelle sur le mâle". Il en est ainsi depuis la nuit des temps, et personne ne