Aller au contenu principal

Rechercher un livre

Le lièvre et les lapins

Sélection des rédacteurs
Album
à partir de 3 ans
: 9782877676144
14.00
euros

L'avis de Ricochet

Quel plaisir de retrouver le dessin poétique, ludique et enchanteur de Timothée Le Véel. Cet artiste découvert grâce à l’album Le renard blanc (Kaléidoscope, 2018), est un dessinateur naturaliste hors pair, mais qui sait user du réalisme pour bâtir de fantastiques aventures dont le rythme débridé lui permet de dessiner les cavalcades les plus inimaginables.

Dans une garenne, au sommet d’une douce colline, sous un grand chêne, des lapins ont adopté un lièvre qui a un peu de mal à comprendre l’instinct grégaire de ses compagnons. En quelques tableaux rassemblés sur une double-page, l'auteur dépeint le sentiment d’altérité du grand animal qui dépasse de l’attroupement formé par la masse homogène de ses petits compagnons. Car ceux-ci opèrent chaque déplacement en groupe compact, esquissant un ballet auquel Timothée Le Véel s’amuse à donner des allures de vague, de faisceau, de tornade. Tenté par un congénère rencontré au bord d'un ruisseau qui lui promet l’aventure, le jeune lièvre va s’élancer à sa suite. L’auteur utilise alors la morphologie, les longues oreilles mobiles et le museau palpitant des deux compères pour illustrer leur discussion animée. Il alterne les pages de narration en vignettes ou en bandes, plus propices à laisser s’installer les courses folles entre les arbres et dans les sous-bois, et les doubles-pages paysagées, où la campagne se déploie avec ses douces collines et ses creux qu’on imagine verdoyants et frais : c’est la magie du grain de ces dessins au crayon de papier. Le récit est servi par un texte dont la taille des caractères s’adapte à chaque illustration.

Las, au détour d’une clairière, l’avenir se révèle brutalement moins idéal pour nos deux audacieux. Le vis-à-vis des deux médaillons des lièvres effarés et de la meute de prédateurs se prolonge dans le dessin d’une forêt soudain écrasante dont les troncs épais et sombres s’élancent vertigineusement au-dessus des deux pauvres créatures… Heureusement, la famille est là !

Des courts traits grisés au crayon naît cette campagne charmante et paisible dans l’écrin de l’album aux contreplats de couleur rose thé. L’allégresse des petits lapins joueurs et fusionnels est jubilatoire et l’allure dégingandée de ce lièvre à l’œil interrogateur tellement drôle : cette histoire est un petit morceau de sucre tombé de la tasse de Mary Poppins !

Pour un doux moment de complicité et de tendresse qui donne très envie de faire des galipettes dans l’herbe, n’hésitez plus : ouvrez l’album de Timothée Le Véel !

Présentation par l'éditeur

Par un beau matin d’été, le jour se lève sur la garenne. Des lapins sortent, impatients, de leur terrier. Tous semblables, tous des lapins. Tous ? Non. Un lièvre se trouve parmi eux…

Feuilleter un extrait