Aller au contenu principal

Le jour où mon doudou a dit non

Album
à partir de 3 ans
: 9782732484921
10.90
euros

L'avis de Ricochet

Avec son visage rond et ses petites lunettes rondes elles aussi, Noé le petit garçon vit joyeusement sa découverte du monde en compagnie de son doudou filiforme.

Le dessin virevolte, à hauteur d’enfant, sous la couette, sur la balançoire. Entre les deux acteurs de l’histoire, les jeux de regard expriment les situations d’angoisse, dans le placard, au moment d’aller à l’école ; de crainte, face aux ciseaux du coiffeur ou de liberté parfaite dans le concours de galipettes. Le dessin croque formidablement les liens tissés entre les protagonistes. La forme molle du doudou se plie à toutes les fantaisies et tous les besoins du petit garçon. Les jeunes lecteurs pourront reconnaître leurs compagnons favoris et les situations quotidiennes qu’ils vivent ensemble.

Le dessin de Jules est tellement limpide, explicite que le texte semble bien long et lourd. Le parcours accompli par Noé, de l’attachement à l’autonomie, est raconté du point de vue de l’enfant à la première personne. L’image présente de dos l’enfant et son doudou de guingois, ils avancent un peu maladroitement. L’illustration rend compte de leur force et de leur faiblesse, et le texte par-dessus raconte « Finalement mon doudou et moi ne nous quittions jamais. Ni la nuit. Ni le jour. Un peu comme si nous étions enchaînés l’un à l’autre par une cordelette d’amour invisible. » Voilà une formulation rare pour un enfant de trois ans !

Par ailleurs, cette problématique importante de l’enfance, l’accession à l’autonomie, est construite comme extérieure à l’enfant ; c’est le doudou qui dit « non », pas Noé qui un jour décide. La différence entre le dynamisme de l’illustration et les choix d’écriture nuit au propos de l’album et c’est dommage.

Présentation par l'éditeur

Le doudou de Noé était toujours partant pour les sorties. Mais un matin, alors que Noé lui demande s’il est prêt pour partir à l’école, celui-ci lui dit « non ». Non ? Non !

Les jours passent et le doudou dit « non » de plus en plus souvent. Il préfère largement rester blotti au chaud sous l’oreiller. Et puis un dimanche, il arrive une chose incroyable : lorsque le doudou propose à Noé de l