Aller au contenu principal
Espace publicitaire
Fermer

La fille et le cheval blanc : aux origines de la soie en Chine

Album
à partir de 7 ans
: 9782355580987
14.90
euros

L'avis de Ricochet

« Au bord du lac Tai dans le sud de la Chine vivait une famille : un père, une mère et leur fille. La mère mourut alors que l’enfant était encore jeune. Le père, soucieux de trouver une compagnie à sa fille, lui offrit un poulain blanc. »

Hélas, le père est soudain mobilisé pour protéger le pays à la frontière nord. La jeune fille se retrouve donc seule avec pour unique compagnie : son poulain. Durant l’absence du père, l’animal devient le confident de la jeune fille qui lui apporte les meilleurs des soins. Le poulain blanc devient ainsi un cheval « puissant, rapide et gracieux ».

Un jour qu’elle est en proie à une immense solitude, sans peser ses mots, la jeune fille propose à son cheval de l’épouser si ce dernier parvient à lui ramener son père. Sans perdre un instant, l’animal rompt sa longe et se dirige au grand galop vers le nord de la Chine. Arrivé au campement militaire où se trouvait le père, il fait comprendre à ce dernier qu’il doit retourner auprès de sa fille. Inquiet, le père demande une permission et s’empresse de la rejoindre. Père et fille se retrouvent dans le plus grand soulagement et la plus grande joie. Le cheval blanc, lui, de plus en plus nerveux, attend que sa maîtresse tienne sa promesse…

En adaptant une légende chinoise datant du IVe siècle, Chun-Liang Yeh propose aux jeunes lecteurs un conte étiologique sur les origines de la soie. Conte qui rencontrera sans nul doute un vif succès chez un lectorat avide d’aventures et de sentiments forts. En effet, l’on ne peut rester impassible face au tournant terrifiant que prend la destinée de cette jeune fille, punie car elle n’a pas tenu sa promesse et a trahi son cheval. Amour et mort sont de fait étroitement liés dans cet album dont l’intrigue est loin d’être cousue de fil blanc ! Le texte, exigeant et profond, invite à la méditation, au dialogue. Or, ce sont précisément cette exigence et l’aspect merveilleux de la légende que rehaussent les illustrations brodées de Minji Lee-Diebold. En même temps qu’elles nous projettent dans la Chine traditionnelle, par les couleurs utilisées et les scènes représentées, ces dernières rendent intemporelles des valeurs et sentiments universels.

Faisant écho à ce conte étiologique, quelques pages documentaires placées en appendice sur l’histoire de la soie en Chine viennent compléter la lecture de cet album de facture délicieusement et prétendument classique au contenu étonnant, qui sollicite de la part du lecteur imagination et valeurs morales.

Présentation par l'éditeur


Il y a longtemps, en Chine, un père partit pour la guerre laissant sa fille avec un poulain blanc comme seul compagnon. Le temps passa et la jeune fille, imprudente, promit à son cheval de l’épouser s’il lui ramenait son père absent. Son vœu réalisé, la fille ignora sa promesse. Plus tard, au moment de la mort du cheval blanc, son pelage emporta la fille. On les retrouva métamorphosés en cocon