Aller au contenu principal

Khadim, le petit lord

Roman
à partir de 8 ans
102 pages
: 9791021406476
9.95
euros

L'avis de Ricochet

Khadim vit son premier hiver en France et s’émerveille de la mystérieuse fumée qui sort de sa bouche. Arrivés du Sénégal, sa mère, Koumba, et le petit garçon vivent tous deux en centre d’accueil. Un jour, Edwige, leur travailleuse sociale aux cheveux enflammés, leur apprend qu’une place s’est libérée chez la comtesse. Vivant dans un manoir trop grand pour elle seule, la vieille dame ouvre ses portes aux plus démunis en échange de services rendus. Koumba sera désormais chargée de préparer les repas pour leur nouvelle communauté, tandis que Khadim, seul enfant, en deviendra le petit lord. Au fur et à mesure que les liens se tissent, un nouveau futur se dessine pour Khadim. 

Aux récits de précarité et de racisme se glissent des élans de solidarité, des envies de construire un avenir plus équitable pour tous. Avec Khadim le petit lord, dont les lignes sont parsemées de vers de Jacques Prévert, Gwladys Constant nous offre une histoire touchante et finement écrite, au thème d’actualité. 

Toutefois, une critique… 

L’offre d’asile en échange de services que propose la comtesse repose sur l’idée intéressante du don et du contre-don. Lorsque Khadim partage la vision qu’il a de cette comtesse si sage et sainte avec le personnage de Ludmilla, une résidente du manoir, celle-ci lui explique la comtesse fait justement usage de cet échange « donnant-donnant » équilibré car si elle ne faisait qu’ouvrir ses portes sans rien exiger en retour, elle ne ferait qu’attirer les profiteurs. Bien que Ludmilla explique également que la vieille dame cherche à rappeler aux personnes accueillies qu’elles ont leur place dans la société en faisant appel à leurs talents (et que le processus peut effectivement aider à l’estime de soi : se sentir utile, se sentir appartenir), peut-on vraiment dire que tout don de soi « gratuit » entraîne forcément que du profit mal intentionné du côté de celui qui reçoit ? Un discours bien intentionné, certes, mais ici trop généralisé… et délicat dans l’interprétation que l’on pourrait en faire. 

Présentation par l'éditeur

Arrivés du Sénégal, Khadim et Kumba, sa mère, vivent dans un centre d'accueil. Pour s'évader de ce quotidien difficile, le petit garçon, passionné de poésie, se récite des vers de Prévert. Mais un jour, Edwige, une militante pour les sans-papiers, leur annonce une grande nouvelle : une place s'est libérée chez la comtesse. Khadim ne se doute pas encore que sa rencontre avec une vieille dame pleine