Aller au contenu principal

Rechercher un livre

Home sweet home

Roman
à partir de 15 ans
298 pages
: 9782211239974
15.50
euros

L'avis de Ricochet

Cleveland, 2008. En pleine crises des subprimes, la ville se désertifie à grande vitesse. Des groupes de jeunes laissés à eux-mêmes se forment, s'organisent. Anna, issue d'une famille pauvre immigrée, investit ainsi avec ses deux petits frères un lycée à l'abandon. Elle est rejointe par d'autres enfants ou adolescents, dont Elijah qui fuit ses parents divorcés (leur couple n’a pas tenu à leur ruine). Ils vivent tous en marge de la société, de la police : Cleveland a complètement fait faillite. Le roman, écrit à quatre mains, alterne les voix. Le temps passe, sans trop d'action, dans une atmosphère sombre de déliquescence. L'âge de l'adolescence est pourtant bien là, Anna et Elijah se rapprochent. Mais plus qu’il ne représente un véritable espoir, ce petit groupe ressemble à une tentative désespérée. La fin sonne d'ailleurs le retour à l'ordre. A hésiter entre documentaire et romanesque, sans donner les coups d'accélération attendus par le lecteur, le livre gagne en réalisme mais perd peut-être en puissance. A titre personnel, j'ai apprécié le projet des auteurs, un peu moins la mise en œuvre littéraire.

Présentation par l'éditeur

Pendant longtemps, Cleveland a été un berceau du rêve américain. Elle a attiré les plus grandes industries, et tous ceux qui espéraient la prospérité, ou une vie meilleure. Dans le quartier du Slavic Village se regroupaient ceux qui venaient d’Europe de l’Est. Mais en 2008, le rêve a fait long feu. La pollution, le chômage, la faillite et surtout la crise du logement se sont installés à Cleveland

Du même auteur

Hansel et Gretel : le début de la faim

Théâtre
à partir de 7 ans