Aller au contenu principal

Aussi loin que la lune

Théâtre
à partir de 9 ans
: 9782842607739
8.00
euros

L'avis de Ricochet

On connaît de Sylvain Levey son amour des mots et de leur mélodie. On le sait poète, avec un débit qui peut être tumultueux comme un fleuve. Dans ce recueil choral composé de vingt-deux pièces très courtes, il nous fait entendre le chant secret des ruisseaux, là où tous les mots douloureux et difficiles sont emportés avec l'exil.

Car il s'agit bien de départs, de rencontres, de hasards et aussi de conflits, de guerres, de bombardements ou de harcèlement : de tout ce qui fait peur, qui fait fuir. Sylvain Levey réécrit l'histoire. Comme dans Les Trois Petits Cochons dont il emprunte les motifs pour les redessiner à l'aune de la contemporanéité. Tous ces micro-récits sont autant de pétales pour effeuiller les thèmes qui bouleversent la société d'aujourd'hui, et témoignent de l'abandon ou au contraire de l'empathie ; car ces récits se répondent, ils parlent de l'histoire qui rassemble et qui rejette, et de ceux qui dévastent comme de ceux qui résistent. Car si Hyacinthe la Terreur semble un épiphénomène dans cette classe de sixième où il cherche à régner, les créatures Fonte des Neiges et Réchauffement climatix, ou Dikatatorus, Crisis et Conomis sont aussi les bourreaux qui maltraitent les vivants.

Abdoul, Walid, Nora, et Rudy, Esco et Toff, Jeanne, Joséphine se parlent, s'écoutent, se protègent : ils s'aiment. Ils sont toutes ces étoiles qui font briller la nuit d'un monde trop sombre grâce à la beauté du verbe de Sylvain Levey.

Du théâtre, mais surtout de la poésie à partager comme des secrets, ou comme des étendards, « un drapeau aux couleurs de l'arc-en-ciel qui danse dans un ciel imaginaire au parfum de jasmin ».

Présentation par l'éditeur

« Je mets des prénoms sur des fragments de vie », écrit Sylvain Levey. Il se fait ici conteur politique et poétique pour parler des exils d’hier et d’aujourd’hui.

On fait la connaissance d’Abdul Samad, le petit Afghan qui rejoint l’Europe au péril de sa vie ; d’Angèle, la jeune Bretonne qui part pour la capitale dans les années 1960 ; de Malo, l’escargot qui pense que l’herbe sera plus goûteuse