Aller au contenu principal

Rechercher un article ou une interview

Xavier-Laurent Petit

24 novembre 2009

Après des études de philosophie, Xavier-Laurent Petit devient instituteur puis, brièvement, directeur d'école et se consacre aujourd'hui à l'écriture. Lorsqu'il écrit, Xavier-Laurent Petit a le sentiment de faire un travail artisanal, où chaque mot et chaque phrase doivent trouver leur place et où il ne doit y avoir rien de superflu. Passionné de lecture, féru de marche à pied, il aime tisser des histoires et se dit intransigeant. Ses premiers pas dans l'écriture débutent en 1994 avec deux romans policiers publiés chez Critérion. "Colorbelle-ébène", son premier livre destiné à la jeunesse paraît à l'Ecole des Loisirs en 1996 et il obtient le prix "Sorcières". Depuis il continue à raconter toutes sortes d'histoires (Maestro, Be Safe, La route du nord, Mon petit coeur imbécile,l'Attrape-rêves, etc) qui "frôlent la réalité" de près s'inspirant d'histoires vraies. Sans plus tarder, accueillons Xavier-Laurent Petit, écrivain concerné et engagé.





- A quel héros et/ou personnage de fiction vous identifierez-vous volontiers ?

Difficile de répondre, je me méfie des héros.

Je préfère avoir quelques guides qui m'ouvrent une partie du chemin. Parmi eux, des écrivains comme Michel Tournier, Harry Mulisch et pas mal d'autres, et des musiciens comme Bach, Keith Jarrett, Brad Meldhau, Anne Gastinel... et pas mal d'autres

- Quelle utopie seriez-vous prêt(e) à défendre ?

Aïe! Ça commence mal... je me méfie aussi des utopies. Les quelques tentatives de réalisation des projets utopiques ont fini en dictatures féroces. Je préfère donc rester les deux pieds sur terre.

- En dehors votre approche d'auteur ou d'illustrateur pour enfants, que rêveriez-vous d'être ?

Adolescent, je rêvais de devenir musicien (de rock, bien sûr). Aujourd'hui, je regrette de ne pas l'être. J'aurais aussi beaucoup aimé être guide haute montagne. Je ne suis pas né au bon endroit et il est un peu tard pour se reconvertir.

- Où écrivez-vous ? Quel est le lieu qui vous inspire le plus ?

Tantôt en région parisienne, tantôt en Bourgogne. Points communs entre les deux : les deux pièces où j'aime travailler sont un peu à l'écart du reste de la maison, assez resserrées, pleines de bouquins et de disques.

- Quel est le sentiment qui vous habite le plus souvent ?

Ce sont décidément des questions difficiles.

Lorsque j'écris, j'ai le sentiment de faire un travail artisanal, où chaque mot et chaque phrase doivent trouver leur place et où il ne doit y avoir rien de superflu. Juste le strict nécessaire pour que mon roman "fonctionne".

- Quel genre de livres vous tombe des mains ?

Les bouquins dans lesquels les auteurs parlent d'eux.




- Que redoutiez-vous enfant ?

J'ai le souvenir de cauchemars terrifiants et des luttes que je menais pour ne pas tomber dans le sommeil qui en était le porteur.

- Vous arrive-t-il de côtoyer des êtres imaginaires ?

Oui, bien sûr... Lorsque je travaille sur un livre et lorsque je lis. Les personnages des romans sont là, à la fois totalement fictifs et bien réels.

- Que feriez-vous ou diriez-vous à un ogre s'il vous arrivait d'en croiser un ?

Casse-toi, pauv'con! (citation de qui vous savez)

- Qu'avez-vous conservé de l'enfance ?

Je n'ai curieusement que très peu de souvenirs de mon enfance, restent quelques "flashes" de lectures, dont Jules Verne et Jack London.

- Selon vous, qu'est-ce qui fait vendre un livre ?

S'il s'agit d'un "bon livre" (car il y en a de mauvais...), j'imagine que c'est une sorte de cocktail entre une histoire qui tient la route, une écriture pour"dire" cette histoire, le travail d'un "véritable" éditeur qui croit à son métier et en qui l'auteur a confiance. Ajoutez-y une bonne dose de bouche à oreille du côté des lecteurs ainsi qu'un zeste de hasard.

- Quel qualificatif vous colle à la peau ?

Intransigeant. Il paraît que c'est également un défaut... Faut voir.

- Quelle est la meilleure phrase qu'un enfant vous ait dite ?

Dans un collège : "pensez-vous avoir progressé?"

Je n'ai pas su quoi répondre, et je ne sais toujours pas.

- Quelle est votre définition du bonheur ?

1/3 de bons bouquins, 1/3 de bonne bouffe, 1/3 d'imprévu, une bonne dose de balades à pied bien fraîches, le tout largement saupoudré de musique, à partager avec la femme que j'aime.




- Si vous aviez la possibilité de recommencer, que changeriez-vous ?

Je suis un sédentaire qui adorerait connaître la vie des nomades.

- Enfant, quel genre de lecteur étiez-vous ?

La lecture était une sorte de refuge où rien ni personne ne pouvait me rattraper ni m'atteindre. Le lieu de toutes les échappées, de toutes les rêveries, et où tout devenait possible. C'est toujours le cas!

- Vis-à-vis de quoi vous sentez-vous impuissant ?

Envers la plupart des formes actuelles de pouvoirs, qu'ils soient politiques, religieux, commerciaux ou économiques. Sans doute faut-il aussi ajouter, ces dernières années, une impuissance assez enrageante envers la vulgarité et l'inculture absolue des "plus hauts placés" (avec beaucoup de guillemets) de nos actuels dirigeants.

- Quel est l'animal auquel vous ressemblez le plus ? Pourquoi ?

Je ne sais pas si je leur ressemble, mais j'ai pas mal de tendresse pour les chauves-souris, j'aime le côté assez inclassable et étrange de ces animaux.

- Quel est le mot que vous préférez dans la langue française ?

Y a-t-il un mot que je préfère aux autres ? ...

J'utilise assez souvent le mot "tisser", tisser des liens avec d'autres, tisser des histoires entre elles...

- Que souhaiteriez-vous que l'on retienne de vous ?

Si l'un des mes bouquins parvenait à me survivre, ce serait déjà pas mal... mais je ne me fais pas trop d'illusion sur la question.

Quant à ce que j'aimerais que mes proches retiennent de moi... je crois bien que ça ne regarde qu'eux et moi!


Vos livres
- Quelle est votre dernière sortie pour la jeunesse ?

Elle est double : "Mon petit cœur imbécile" et "L'attrape-rêves", tous deux à l'Ecole des Loisirs.

- Le(s) livre(s) dans votre production dont vous êtes particulièrement fier ou qui vous laisse(nt) un souvenir particulier

A des titres divers, L'Oasis, Le Col des Mille Larmes, Maestro et Be Safe.




- Quel est le thème que vous aimez davantage traiter ?

Aucun en particulier, mais j'aime que mes bouquins "frôlent la réalité" de près.

- D'où est né votre premier livre/ illustration ?

En jeunesse, d'une rencontre avec l'écrivain algérien Rachid Boudjedra.

- Quel livre en littérature de jeunesse auriez-vous voulu écrire ou réaliser à la place d'un autre ?

"Le travail de la nuit", de Thomas Glavinic. Il ne s'agit pas d'un roman jeunesse mais dès les premières pages, je m'en suis voulu de ne pas avoir eu cette idée-là. Je n'en dis pas plus, vous n'avez qu'à le lire!

- Sur quel projet travaillez-vous actuellement ?

Le lancement de "Mille Bulles", une collection de BD pour l'Ecole des Loisirs. Naissance annoncée en mars prochain.

Sur un plan plus personnel, je travaille à une bio de Victor de l'Aveyron.

- Où et comment vous voyez-vous dans 10 ans ?

Houla! Dans l'idéal, je me verrais assez bien mille fois plus actif qu'aujourd'hui, ne dormant que quelques heures par jours, ayant enfin réussi à "faire" un 6000 mètres quelque part dans l'Himalaya, amoureux et bouillonnant de projets pour les cinquante années à venir... Mais rien n'est plus incertain que la minute qui suit, c'est bien connu!





Références
Littérature de jeunesse
- Un livre pour la jeunesse qui vous a marqué petit ?
L'Île mystérieuse de Jules Verne

- Quels sont vos auteurs-illustrateurs de référence ou qui pour vous développent une approche intéressante ?

Par avance, mille excuses pour ceux que je risque d'oublier...


En vrac : Marie Desplechin, François Place, Marie-Sabine Roger, Valérie Zenatti, Yvan Pommaux, Tania Sollogoub, Chen jiang-Hong, Jean-Claude Mourlevat, Louis Sachar, Jean-François Chabas...

- Quels sont vos livres "coups de cœur", les "incontournables" en littérature de jeunesse ?

-Le passeur de Lois Lowry

-Le passage de Louis Sachar

-Le combat d'Hiver de Jean-Claude Mourlevat

-L'île des derniers géants de François Place

-Séraphine de Marie Desplechin

-L'heureux gagnant de Hubert Ben Kemoun


Culture
- Un film, une photo/illustration qui vous touche ?

Va, vis et deviens de Radu Mihaileanu

- Un musicien

Côté rock, Janis Joplin (ou Led Zepplin),

Côté jazz, Renaud Garcia-Fons

Côté classique, Bach

- Un lieu où vous aimeriez vivre

Tout dépend des jours, Groenland, Islande, Népal, un peu loin, un peu haut, là où il n'y a pas grand monde et où la vie est peu rude... mais la plupart du temps, il faut bien l'avouer, mes ambitions se limitent à la Bourgogne (ce qui est déjà pas mal)

- Une phrase (une devise) qui vous guide

Impose ta chance,

Serre ton bonheur

Va vers ton risque,

A te regarder, ils s'habitueront.


René Char


Actualité
- Vos dernières (bonnes) lectures ?

La barque silencieuse de Pascal Quignard, mais aussi, La cage aux lézards, de Karen Connelly, et encore, dans un genre très, très différent les polars sino-américains de Peter May.

- Un site (sur les techniques graphiques, un auteur-illustrateur, une approche particulière du texte, de la littérature...) que vous souhaitez recommander ?

Le très génial (comme leurs BD, du reste) site http://citesobscures.free.fr/, de François Schuiten et Benoit Peeters. Attention! Vous risquez d'y passer des heures.



photo : Marige Ott

Auteurs et illustrateurs en lien avec l'interview

Xavier-Laurent Petit

Xavier-Laurent Petit

française