Aller au contenu principal

Rechercher un article ou une interview

Une sélection de 12 ouvrages pour jouer avec la langue, les mots et les sons

Pour découvrir la langue en s’amusant, Ricochet vous propose un ensemble d’ouvrages jeunesse pour rire des absurdités du langage, inventer des jeux de mots, s’étonner des mots-valises ou devenir poète.

Bibliographie jeux de mots et langage, livre jeunesse

1. Le cachaloup, de Julien Baer et Léa Maupetit, L’École des loisirs, 2019

Album, dès 1 an

Soit un cachalot, soit un loup. On connaît l’un, on connaît l’autre. Si on les marie, alors, on fait connaissance du «cachaloup» qui conjugue la peur de l’un et l’attrait de l’océan de l’autre. A ce premier couple vont succéder le chabeille aux belles rayures, la sourinocéros dont la longue corne sort du mur, le ouistitigre familier de la jungle et l’anacondane. Tous se retrouvent à la fin pour danser. Ils invitent les jeunes lecteurs à dessiner à leur guise le chienpanzé, le kangouloup, le cachalion. Nul doute qu’on peut inviter d’autres animaux étranges…

Sur ce principe bien connu, les auteurs Julien Baer et Léa Maupetit construisent un livre raffiné où les jeux de rimes et les dessins simples, qui opposent ou associent les couleurs complémentaires, séduisent les jeunes lecteurs et auditeurs. Dans ce livre aux belles pages bien robustes, les tout-petits apprendront les noms des animaux mais aussi à jouer avec les mots qui les désignent. Belle entrée dans le langage! (DB)

2. Chapacha, d’Anaïs Massini, Thierry Magnier, 2018

Album, dès 2 ans

Le récit de cet album est tout simplement construit autour d’associations de mots; des mots qui apparaissent page après page («Steak»/«Pastèque», «Sage»/«Passage») et «claquent» par leurs sonorités. Les images servent, elles, de supports ou d’illustrations aux mots ainsi choisis par Anaïs Massini. Et de l’alliance de ces mots et de ces images naît devant nous une histoire, celle d’un chaton plutôt casanier qui part à l’aventure avec un compagnon et découvre la liberté.

Le petit enfant se ravira des alliances inattendues et drôles de mots, qu’il lira grâce aux aquarelles très colorées et expressives de l’auteure. Le format carré et cartonné de l’album permettra en outre une relecture-manipulation autonome. (HD)

Chapacha, livre jeunesse
«Chapacha», d'Anaïs Massini (© Thierry Magnier)

3. Ceci est un livre, d’Antonin Louchard et Martin Jarrie, Thierry Magnier, 2016

Album, dès 3 ans

Le point de départ de cet imagier est le fameux tableau de Magritte La trahison des images; Antonin Louchard et Martin Jarrie s’inspirent de la célèbre pipe pour mener une démarche malicieusement subversive. Plutôt que l’énumération traditionnelle des objets en relation avec le monde enfantin, les deux auteurs partent dans une déclinaison virevoltante dictée par les sonorités associées: «Ceci n’est pas une pipe, / ceci n’est pas un pot. / Ceci n’est pas un pape, / ceci n’est pas un pope. Hop! / Ceci n’est pas / le pape du pop». Ils s’amusent ensuite à choisir les sujets en fonction des jeux langagiers: homophones (pie et pis, pain et pin, patte et pâte), liste des mots se finissant par ou qui prennent un x au pluriel (bijou, caillou, chou), virelangue (panier, piano). Par ce biais, l’attention est attirée sur les absurdités et les bizarreries de la langue.

Les illustrations de Jarrie ne sont pas en reste, qui non seulement répondent au texte mais jouent entre elles; on imagine le papou habillé des bijoux illustrés sur la page suivante, la patte du chat et la pâte se font face comme à travers un miroir. Les mots s’emballent et traversent des illustrations à tel point que l’énoncé «ceci n’est pas un piano» se retrouve sous l’image du panier.

Un imagier nomme et interroge habituellement l’environnement immédiat de l’enfant; celui-ci s’adresse non seulement à un public plus large, mais il amène aussi à une réflexion plus élaborée. Mais ceci est-il un imagier? Au lecteur de s’en emparer et de se faire sa propre idée.

Merci aux Editions Thierry Magnier pour cette réédition d’un album paru pour la première fois en 2002. (VM)

Ceci est un livre, livre jeunesse
«Ceci est un livre», d'Antonin Louchard et Martin Jarrie (© Thierry Magnier)

4. Mots, de Christoph Niemann, L’École des loisirs, 2017

Imagier, dès 3 ans

Mots est-il un imagier? Bien sûr, des mots sont présentés. Certes, des images les accompagnent. Mais Mots nous raconte bien davantage qu’une association texte-image. Ici, le mot de la page invite immédiatement son lecteur à découvrir un point de vue, un sentiment, un ressenti, une façon de voir. Ainsi, les mots choisis ne sont pas habituels, et pourtant si ordinaires et banals.

Pour Christoph Niemann, «le dernier», c’est le dernier œuf laissé dans la boîte. Et, pour chaque image, le lecteur a l’impression qu’une narration commence: cet œuf est-il abandonné? Est-on heureux d’en trouver encore un dans la boîte? «Chercher», c’est regarder sous le tapis; «avec», c’est la cerise sur le gâteau, «entendre», c’est râler à chaque pas de la voisine de l’étage du dessus. Aussi, l’auteur nous offre des doubles pages qui fonctionnent en binôme, en complémentarité ou en opposition. Sont ainsi mis face à face les notes de musique et celles écrites, la vase qui n’a aucun rapport avec le vase, ou bien encore la tour, dont on peut faire le tour.

Pour chaque image, il est temps d’arrêter le temps, de savourer chaque jeu de mots, de trouver le lien de connexion, de s’amuser. Inventer une histoire, créer des relations, ressentir les mots: voici toute la richesse de cet objet littéraire, ovni créatif bienvenu, qui invite tout lecteur à en savourer chaque page. (DM)

5. Pinicho oinichba, de Thierry Dedieu, Seuil Jeunesse, 2015

Album, dès 4 ans

Décidément Dedieu est un maître qui transforme tout ce qu'il touche en petits trésors. Le voilà qui s'attelle à créer la bibliothèque idéale des bébés: très grands formats cartonnés, couleurs franches et formes nettes, contrastes forts et pour les thèmes: comptines, virelangues, chansons ou formules mathématiques. Dans cet album, Dedieu s'amuse avec un trompe-oreille bien connu: «Pinicho oinichba». Il commence tout en douceur par l'écrire en toutes lettres avec l'orthographe correcte et les espaces nécessaires entre les mots:
Pie niche haut, oie niche bas, hibou niche ni bas ni haut.

Les illustrations montrent des oiseaux qui, bien sagement, nichent de la façon décrite dans le texte.
Dans une seconde partie le texte est écrit en version phonétique donnant lieu à ce délicieux trompe-oreilles Pinicho oinichba… Les illustrations s'emballent aussi et les oiseaux se retrouvent tête-bêche, imbriqués les uns dans les autres.

Un vrai régal intelligent et très beau. (VM)

6. La piquante douceur de la joue de papa et autres exquis oxymores, d’Alice Brière-Haquet et Sylvie Serprix, Motus, 2019

Album, dès 6 ans

Le programme est annoncé dès la page de titre, l'album propose «d'exquis oxymores». Autrement dit, l'association déconcertante de deux notions habituellement contraires. «Cette obscure clarté [...]», ce vers de Pierre Corneille, est l'exemple le plus cité pour illustrer cette notion. L'album fait le pari d'expliciter quelques oxymores à l'aide des illustrations dont les thématiques constituent un programme poétique à part entière.

Il est question de sensations («l'inconfortable bonheur d'avoir des chaussures neuves»), d'impressions («l'interminable seconde du moment où l'on tombe»), et d'émotions («la peur un peu drôle des livres de fantômes»). Les cinq sens ne sont pas en reste. «L'amertume sucrée des mûres pas vraiment mûres» rappelle le goût, «la piquante douceur de la joue de papa» convoque le toucher, «le parfum frais fané des grands-mères adorées» éveille l'odorat, «la lumière noire des étoiles» embrasse la vue et «le bruyant silence la nuit dans ma chambre» caresse l'ouïe. Des illustrations attendrissantes aux traits espiègles ainsi que des détails amusants accompagnent ces notions, les rendant ainsi accessibles au jeune lecteur. Ces oxymores exquis sont déployés ici et là, tel un poème en prose. Publié par une maison d'édition qui accorde une place importante à la poésie, ce titre offre une approche ludique de l’univers de la rhétorique. On ne peut que louer cette démarche singulière! De plus, la découverte de cet album nous procure la géniale sensation d'une «fin infinie d'un livre qu'on peut relire». (EEJ)

Livre jeunesse
«Pinicho oinichba», de Thierry Dedieu (© Seuil Jeunesse) et «La piquante douceur de la joue de papa et autres exquis oxymores», d'Alice Brière-Haquet et Sylvie Serprix (© Motus)

7. Tout en rimes: 20 poèmes à compléter, de Bruno Gibert, Seuil Jeunesse, 2019

Poésie, dès 6 ans

20 poèmes à compléter! Des poèmes à trous, en kit? Quelle idée! Bruno Gibert tient le pari.

Il propose d’abord une rime pour chacun des poèmes et des variations graphiques, par exemple, [is] (IS ou ISSE); [war] (OIR-OIRE). Au-dessous, un long poème sans queue ni tête, au lecteur de compléter la rime de chaque vers, à extraire d’une liste surabondante de mots donnée par l’auteur. Une illustration farfelue, avec un rapport plus ou moins étroit avec le texte, parachève le dispositif texte-image.

Bruno Gibert cultive aussi bien dans le texte que dans les illustrations l’incongruité. Le canard fume, le lion porte un caleçon, le chevalier arrive en voiture… Les mots mis à disposition des lecteurs dépassent largement le nombre de rimes à trouver, ils appartiennent à divers registres de langue, «crétin, rouquin, rondouillard, minou, chou, toutou» et à de multiples domaines. Dans leur loufoquerie, chaque «poème» construit un univers que quelques vers de l’auteur viennent clore, ce qui donne de la cohérence à l'ensemble.

Les lecteurs ne découvriront pas tous les charmes de la poésie mais ils apprendront à jouer avec les mots. De façon amusante, Bruno Gibert combine la plus grande liberté avec des contraintes grammaticales. Au sein des groupes nominaux, on ne peut associer «un» ou «son»  qu’avec un mot masculin – quoique cela marche aussi avec «ombrelle»! – et «d’» ne peut être suivi que par une voyelle. Ils découvriront aussi les jeux de permutation et décideront de ce qui est acceptable ou non... «Avaler un bout de …» «pain»?, ou bien sûr, «un bout de …» «requin»? Non? Et pourquoi pas! Il y a, dans ces jeux, matière à réflexion, expérimentation et découvertes toniques. (DB)

Tout en rimes : 20 poèmes à compléter, bibliographie jeux de mots, livres jeunesse
«Tout en rimes : 20 poèmes à compléter», de Bruno Gibert (© Seuil Jeunesse)

8. Papillons et mamillons, de François David et Henri Galeron, Motus, 2015

Album, dès 7 ans

«J’ai un chien qui voit mal de loin. Je l’ai amené chez l’OPTICIEN.
- Moi aussi, j’ai besoin de lunettes, a protesté mon chat.
Pour ne pas faire de jaloux, on est allés chez l’OPTICHAT.»

Voici un exemple de la manière humoristique dont chaque double page s’approprie du point de vue sonore et/ou sémantique divers mots du quotidien, afin de les détourner et les transformer dans les pages suivantes.

Passés au prisme de l’humour et de l’imaginaire du texte de François David et des illustrations de Henri Galeron, les termes de «plafond», «lunettes», «muguet» évoluent ainsi en «fondpas», «lufloues» ou «mutriste».

L’on tourne ainsi, avec force curiosité et sourire, les pages de cet album insolite au format carré et portatif qui ne demande qu’à être complété par le lecteur.

A la manière d’enfants qui découvrent et manipulent le langage, on touche ici à l’essence même de la poésie, tant le texte de François David réinvente de manière tellement naturelle, spontanée et métaphorique un langage qui nous est commun.

On redécouvre de fait des mots qui nous sont si familiers, on les réentend soudain et l’on se prend au jeu de transformer à notre tour certains termes qui nous interpellent en nous inspirant de lapsus d’enfant, de néologismes... Le réalisme des illustrations de Henri Galeron, paradoxalement, rendent tous ces jeux poétiques possibles et les «concrétisent» en images.

Un nouvel album des éditions Motus qui offre donc à ses lecteurs des parenthèses poétiques à partager entre adultes et enfants de toute urgence. (HD)

Papillons et mamillons, bibliographie jeux de mots, livres jeunesse
«Papillons et mamillons», de François David et Henri Galeron (© Motus)

9. Rage dedans, de Rascal, Centre de Créations pour l’Enfance, 2017

Poésie, dès 9 ans

De petit format, tout en noir et blanc, l’ouvrage propose une entrée originale vers un univers poétique, décalé et vertigineux. Les mots s’étalent sur les pages, ou tombent dessus. L’impression d’aléatoire, de magique, touche alors sa cible: l’émotion du lecteur. Le «toutattaché» prend sens, les dessins inspirent, l’imaginaire est pixélisé et invite nécessairement le jeune lecteur à la réflexion ou à la rêverie.

Parfois, texte et image se répondent. Parfois, ils s’opposent ou se percutent. Le lecteur, jeune ou adulte, a alors toute liberté d’interprétation, laissée par l’auteur, qui propose, suggère, et n’impose jamais. Ces pages, on a presque envie de les séparer de la spirale qui les relie et de les coller les unes à côté des autres, dans un ordre choisi ou aléatoire, afin d’en saisir plus encore la richesse et la diversité. Les jeux de mots ont alors bien leur place, celle qu’ils semblent s’être choisie, et les déclarations comme «tu me manques énorméphant» se savourent à chaque lecture. Voici un ouvrage, court et intensément riche, pour un voyage poétique au cœur des sens et de l’amour. (DM)

10. Le hibou n’est pas manchot, d’Emmanuel Trédez et Baptiste Amsallem, Nathan, 2016

Roman, dès 10 ans

Avec un titre pareil, le ton est donné: Le hibou n’est pas manchot se veut résolument ornithologique, et humoristique. De plus, c’est un roman policier junior particulièrement savoureux, truffé de jeux de langage. Les héros volatiles sont au nombre de trois, l’inspecteur Archie Duc (qui finit par épouser une danseuse de «french-coin-coin»), le stagiaire puis collègue Léo Lecoq (un poussin), la commissaire Selma Holgersson (une oie, comme celles qu’accompagnait Nils). Ils vont vivre différentes aventures, et poursuivre à chaque fois une enquête à la Agatha Christie.

Il y a d’abord la comédie musicale d’Alfred Jars, «Le père Urubu», dont l’interprète principale, la capricieuse Lalou Lalouette, est assassinée: mystère au théâtre! Vient ensuite l’histoire de Marcel Pigeon, embobiné par la colombe Blanche qui parvient alors à cambrioler sans effraction la bijouterie de Georges Dindon, le patron de Marcel. Puis c’est un dîner au château du Grand-Duc, lequel perd rapidement la vie. Les coupables risquent d’être pluriels… Enfin, les dixièmes œufs olympiques d’Ornithopolis nous entraînent dans les foulées de Willy Nandou, l’oiseau le plus rapide du monde, et de Boris Sterne, gagnant du marathon. Mais le dopage guette, ainsi que l’enlèvement d’un milliardaire par le vieux gang des rapaces.

L’ouvrage sait rester ludique de bout en bout sans jamais tomber dans la pesanteur. On joue sur les expressions françaises utilisant des noms d’oiseaux. On joue sur les qualités, défauts et caractéristiques prêtés aux oiseaux, dans un anthropomorphisme qui se retrouve à travers les illustrations type caricatures. On joue encore sur des faits historiques, sociétaux, avec par exemple les Ibis qui dirigent une chaîne d’hôtel, le colonel Outarde (l’outarde étant un volatile) du Cluedo, un écrivain nommé Alfred Jars inventant le mot «fientre» (Alfred Jarry fait dire «merdre» à son Ubu roi), etc, etc. Les jeunes lecteurs ne relèveront pas toute la quantité de bons mots qui parsèment les nouvelles, mais peu importe: rien qu’en tant que polar, le plaisir et la spiritualité sont là. Allez, un petit dernier: «les empreintes le condamnaient, il était cuit-cuit» (p. 100). (SP)

11. Quelle épique époque opaque!, d’Anne Pouget et Nancy Peña, Casterman, 2015

Roman, dès 10 ans

Le prince Philibert coule des jours heureux dans son domaine, en compagnie de son fidèle écuyer Cornebulle. Un beau matin, un cavalier l'enjoint de venir en aide au sage Merlin. Heureux de quitter le giron familial pour les grands chemins, Philibert accepte et part avec Cornebulle dans la forêt mythique de Brocéliande. Leur mission: capturer Titivilus, un génie malfaisant qui traque les fautes d'orthographe, dont celles de Merlin, pour les transmettre au «diable-d'en-bas». Prêt à relever le défi, nos deux comparses un brin naïfs, se lancent alors dans des aventures aussi rocambolesques que cauchemardesques.

Anne Pouget manie la langue française avec aisance. Elle joue avec les mots, les assemblant à sa guise comme «hippopotomonstrosesquippedaliophobie», ce qui signifie la peur des mots trop longs... Cette épopée épique ne manque pas de panache. On apprécie surtout les joyeuses joutes verbales entre Philibert, le preux chevalier romantique, et Cornebulle, l'idiot qui fait rire avec ses sorties improbables. Cet humour décalé et absurde nous fait penser inévitablement à celui des Monty Python, version française. Ce récit truculent ne sort pas du cerveau dérangé de Cornebulle... Non, il est inspiré «de véridiques légendes attestées par les plus savants historiens!» Parole d'historienne! (EP)

12. Anacoluthe!: aventures au cimetière des mots oubliés, de René Zahnd et Laurent Corvaisier, Actes Sud Papiers, 2019

Théâtre, dès 10 ans

Dans un inter-monde, les commères Doña Patakès et Weï sont les gardiennes du cimetière des mots oubliés. Au service d'un maître étrange et craint, le nain Ternette!, elles trient et exécutent les mots qui disparaissent de la langue quotidienne. La première est aiguillonnée par le sens du devoir et la seconde par la plasticité d'un outil de communication bien fragile, bien périssable.

L'irruption de Tom, un collégien du XXIe siècle au langage mâtiné de globish, verlan et autres familiarités bien contemporaines, et sa confrontation avec Bénédicte, héroïne échappée d'un vieux roman, vont bouleverser leur quotidien.

René Zahnd écrit une aventure dont la langue est l'héroïne principale: sa désuétude, sa finitude, mais surtout ses bizarreries, ses créations burlesques dans la bouche de la mère Weï, sont autant de défis pour la lecture, la compréhension, la mémorisation et l'animation du texte par les acteurs et le metteur en scène. L'adresser à un public d'enfants, également. Proposer ce texte à une troupe de jeunes comédiens? Pourquoi pas! L'aventure devient alors promesse de beaux moments de rires partagés! C'est un texte vivant et vivifiant, tonique!

Parce que le théâtre se lit aussi bien qu’il s'imagine, les illustrations de Laurent Corvaisier sont une figuration de l’esprit du texte: fantaisie, humour, lettres de l'alphabet éparpillées comme les feuilles d’un arbre en automne animent ses dessins qui ne sont pas des illustrations complémentaires mais des ponctuations poétiques colorées.

Une fable originale et pleine d'humour. (VC)

Quelle épique époque opaque et Anacoluthe, bibliographie jeux de mots, livres jeunesse
«Quelle épique époque opaque!», d'Anne Pouget et Nancy Peña (© Casterman) et «Anacoluthe!: aventures au cimetière des mots oubliés», de René Zahnd et Laurent Corvaisier (© Actes Sud Papiers)

Les rédactrices: Danielle Bertrand (DB), Déborah Mirabel (DM), Edwin Elisa Jaomazava (EEJ), Emmanuelle Pelot (EP), Hélène Dargagnon (HD), Sophie Pilaire (SP), Véronique Cavallasca (VC), Valérie Meylan (VM)