Aller au contenu principal

Rechercher un article ou une interview

Date

Pierre Coran et les animaux rêveurs

C’est d’Ostende, station balnéaire, que Pierre Coran (nom de plume d’Eugène Delaisse) fait la promotion de son dernier-né car son fils Carl, poète national belge 2020-2021, y réside désormais. Son dernier album Les animaux rêvent aussi, à la présentation très réussie, bénéficie d’un grand format et d’illustrations très modernes d’Iris Fossier[1]. Il marque surtout le retour de l’auteur chez Casterman.

Isabelle Decuyper*
1 mars 2022

Cette interview a initialement été publiée dans la revue belge Lectures.Cultures (n°25, novembre-décembre 2021). Nous reproduisons ici le texte de l'interview avec l'aimable autorisation de son auteure, Isabelle Decuyper, et de Lectures.Cultures.


Pierre Coran et Les animaux rêvent aussi
Pierre Coran (©L’École des loisirs) et couverture de «Les animaux rêvent aussi» (©Casterman)

Lauréat du prix de la Communauté française pour le rayonnement de la littérature de jeunesse en 2007, ce grand poète de quatre-vingt-sept printemps consigne encore une pensée chaque jour – son carnet n’en totalise pas moins de trois cents. Et reste très actif, multipliant créations et publications dont on ne compte plus le nombre, tant sa bibliographie est impressionnante, comptabilisant plus de cent cinquante titres à ce jour.

Genèse de cet abécédaire
C’est Anne-Sophie Congar de Casterman qui m’a proposé de réaliser ce livre. Comme j’adore les animaux, j’ai d’emblée accepté. Ce retour chez Casterman me touche beaucoup car, en 1980, c’est cet éditeur qui m’a donné ma chance. S’en est suivie la collaboration avec les éditrices Clotilde Guislain et Monique Dejaifve. Je me souviens de la parution du Roman de Renart (en vers)[2]. Puis Casterman a été racheté et mes œuvres publiées chez d’autres éditeurs.

Le roman de Renart
Couverture de «Le roman de Renart» (©Casterman)

Né dans le petit village de Saint Denis-en-Brocqueroie, dans la banlieue de Mons, j’ai passé ma jeunesse dans une campagne au contact des animaux. J’ai ainsi pu assister à un envol d’éphémères, chose rare. Les animaux me sont toujours aussi proches. Vivant à Erbisœul depuis cinquante-trois ans, je côtoie écureuils, biches, faons.

Dans ce nouvel album, je raconte les rêves de l’auteur que je suis à travers des animaux. Faut-il rappeler que j’ai écrit cinquante fables chez Grasset et cent cinq fables à Boston aux États-Unis, traduites par Norman Shapiro, traducteur officiel de Jean de La Fontaine aux États-Unis. Mon recueil Amuserimes[3] (septante et un courts poèmes qui jonglent de façon enjouée avec les mots et les sons) a aussi été traduit à Boston. L’instituteur, dans la mouvance de la pédagogie Freinet, que j’ai été se souvient qu’apprendre l’alphabet en s’amusant est reconnu pédagogiquement. Chaque lettre se trouve dans un contexte. Ainsi le N, représenté par le nasique, dont je raconte qu’il est le singe le plus laid. Est-ce vrai? Est-ce faux? Pour moi, c’est clair et net, je l’ai lu sur Internet.

Amuserimes
Couverture et page intérieure de «Amuserimes» (©Le livre de poche jeunesse)

Les rêves des animaux se marient aux miens. Comme La Fontaine et ses fables. À la différence que celles-ci avaient parfois des morales contradictoires: «La raison du plus fort est toujours la meilleure», «On a souvent besoin d’un plus petit que soi».

Personnellement, je joue sur des caractères bien précis et avec les mots. J’essaie aussi d’avoir une chute: comme le rhinocéros qui est sourd ou le lama et le lamantin qui chantent faux. Mon amour pour la langue française est couplé à l’observation de ce qui m’entoure. Un jour, une libellule est entrée dans la maison. Je l’ai relâchée et peu de temps après, elle est venue se poser sur mon épaule. En fait, je peux rêver qu’elle voulait me dire merci de lui avoir sauvé la vie.

Une araignée se trouvait à la maison sur mon bureau. Elle s’est retrouvée dans la farde empruntée par ma femme Irène qui préparait la visite de la maison de Van Gogh en compagnie de ses élèves du Conservatoire de Mons. J’imagine cet arachnide dans la célèbre demeure de Cuesmes[4]

Les anecdotes que le lecteur découvre s’imprègnent de mon vécu. Je suis constamment entouré d’animaux. Les biches viennent du bois par la prairie du voisin. Cinq écureuils qui viennent de naître dansaient récemment autour de la mangeoire où j’offre des graines de soleil aux oiseaux: mésanges, merles, pies et parfois même à l’un ou l’autre ailé du grand parc animalier Pairi Daiza[5] tout proche, venu me rendre une petite visite. J’ai la chance d’habiter à l’orée du bois d’Erbisœul, non loin du pavillon de chasse du Prince de Ligne. «J’avance dans l’hiver à force de printemps», un alexandrin de ce poète du dix-huitième siècle, est ma devise.

Ses livres-fétiches          
Dans un même temps, le roman Les aventures des Pièces-à-Trou[6] vient d’être réédité chez Mijade, collection «Zone J», dans une version réécrite qui connaît le succès. L’histoire commence en 1940 avec Simon, neuf ans, vivant dans un petit village du Hainaut belge, Saint-Denis-en-Brocqueroie. Ce gamin est ravi car il vient de réussir les épreuves pour être admis dans la bande des grands du village, les «Pièces-à-Trou». Quelques jours plus tard, la guerre éclate et, très vite, les soldats allemands sont là…

Ce récit est largement autobiographique. Il s’agit de mon livre-fétiche avec Jaffabules[7], qui a reçu, en 1989, à Paris, le Grand Prix de Poésie pour la Jeunesse[8] la première fois que celui-ci fut décerné. Ce titre, disponible en livre de poche, est devenu un classique et en est à sa sixième édition[9].

Pièces-à-tous et Jaffabules
Couvertures de «Les aventures des Pièces-à-Trou» (©Mijade) et «Jaffabules» (©Hachette)

Une exposition
En 2009, j’ai fêté un double anniversaire: mes septante-cinq ans et un demi-siècle de créations littéraires. À l’occasion du cinquantième anniversaire de la première parution, j’ai eu droit à une exposition rétrospective au Centre de Littérature de Jeunesse de Bruxelles, une exposition interactive sur mon parcours avec des documents personnels, des livres, des photos, des objets... et j’ai aussi été nominé pour le prix Hans Christian Andersen 2009 (le prix Nobel de littérature de jeunesse).

L’école et Pierre: tout un programme…
Ma mère, très tôt veuve, était ravie quand je suis devenu instituteur en 1954. J’ai enseigné durant vingt ans avant de diriger l’École d’application de l’École normale de l’État à Mons (1974- 1978). En 1978, j’ai été nommé professeur d’histoire de la littérature et j’ai rejoint mon épouse au Conservatoire royal de Mons, où Irène enseignait la phonétique.

Depuis des années, dans les écoles, la poésie a connu un véritable bond en avant. Le rayonnement de la littérature de jeunesse n’y est pas étranger. À la lecture de certains programmes scolaires actuels qui se disent novateurs, je constate que ma classe, à l’époque, les expérimentait déjà. Côté animations, vu mon âge, je les réserve en priorité aux deux écoles qui portent mon nom[10]. Au niveau de la création, mon cerveau n’éprouve aucun problème pour continuer à créer avec plaisir.

Des projets?                  
Oh que oui! Je prépare un livre de poésie en collaboration, pour la première fois, avec mon fils Carl Norac pour l’éditeur français Rue du Monde. Chez Didier Jeunesse est prévue la parution à l’automne d’un nouveau recueil de poèmes et, fin 2022, d’un livre-disque La Belle au bois dormant.

Ma recette pour réussir? Il ne faut pas être pressé, il faut durer. Quand un livre reçoit subsides ou aides, cela doit être au mérite. J’ai toujours voulu rester indépendant. Voilà peut-être le secret d’une si importante longévité éditoriale…».

Pierre Coran, Carl Norac, Une seconde papillon !
Pierre Coran et Carl Norac ensemble (© Machicoane Chantal) et couverture de «Une seconde papillon !», le recueil à quatre mains publié le 3 mars 2022 chez Rue du Monde (©Rue du Monde)

De nombreux prix reçus

› Prix Jean de La Fontaine 1979, à Château-Thierry, pour un choix de fables, jury présidé par Armand Lanoux.
› Prix de Poésie pour la Jeunesse 1989, à Paris, pour Jaffabules (Hachette, coll. “Le Livre de poche”, 1990, avec illustrations de Gabriel Lefebvre), jury présidé par Claude Roy.
› Lauréat, en Flandre, du prix Kinder-en Jeugdjury 2000.
› Prix du ministère de la Culture de la Fédération Wallonie-Bruxelles pour le rayonnement de la Littérature de Jeunesse (2007).
› Nommé au prix mondial Hans Christian Andersen 2000, 2006, 2010, décerné par l’IBBY (International Board on Books for Young People).
› Personnalité Richelieu Belgique-Luxembourg, 2014-2015.


INFOS:
[email protected]


[1]Les animaux rêvent aussi. Un abécédaire en poèmes, texte Pierre Coran, illustrations Iris Fossier, Casterman, 2021, 64 pages, 16,90 €.

[2]Le roman de Renart, mise en vers de Pierre Coran, images de Gabriel Lefebvre, Casterman, 1996, 155 pages. Réédité en 2004, adapté par Pierre Coran, illustré par Pascal Lemaître, Casterman, coll. “Épopée”, 113 pages, 6,50 €. Édition reconnue et conseillée à Paris par l’Éducation nationale.

[3] Pierre Coran, Amuserimes, illustrations de Thomas Baas, Le livre de poche jeunesse, 2015, 94 pages, 4,95€.

[4] https://www.maisonvangogh.mons.be/

[5] https://www.pairidaiza.eu/fr/mondes/cambron-labbaye

[6] En 1998, sortie du court métrage Les Pièces-à-Trous de Pierrot De Heusch avec Michel Galabru et Daniel Prévost. Film d’une durée de 10 min. à visionner sur Internet en tapant le nom du réalisateur.

[7] Édition du manuscrit primé en 1990 chez Hachette, coll. “Le Livre de poche”.

[8] Créé à Paris par le ministère de la Jeunesse et la Maison de la Poésie; le jury étant présidé par Claude Roy.

[9] 1990, 1995, 1997, 1999, 2010, 2015.

[10] Depuis 2003, une section primaire de l’Athénée royal Marguerite Bervoets à Mons s’appelle: “École Pierre Coran”. En 2015, ce fut l’inauguration de l’École Pierre Coran, la nouvelle école d’Erbisœul (Jurbise) où vit le poète. Et, depuis 1999, une bibliothèque porte aussi son nom, celle de Fontaine-l’Évêque (section Jeunesse).


*Isabelle Decuyper est attachée principale du Service général des Lettres et du Livre – Littérature de jeunesse, qui relève de l'Administration générale de la Culture du Ministère de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Auteurs et illustrateurs en lien avec l'interview

Pierre Coran

Pierre Coran

belge
Carl Norac

Carl Norac

belge