Aller au contenu principal
Espace publicitaire
Fermer

24 livres pour finir l'année en beauté!

Vignette, lapin de neige, livre jeunesse, littérature jeunesse
Ricochet
24 décembre 2018

Durant toute la période de l'Avent, Ricochet a publié, sur sa page Facebook, 24 suggestions de lecture – une chaque jour. Une sélection, composée d’ouvrages sur le thème de l’hiver/Noël et de (certains) de nos coups de cœurs, que vous retrouvez ci-dessous.


Sapin de Noël en livre
Arbre de Noël de Ricochet (©ISJM)

1. L'arbre de Noël, de Delia Huddy et Emily Sutton (Les éditions des éléphants)
Le titre vous a sans doute mis la puce à l’oreille: l’album que nous vous proposons de découvrir aujourd’hui parle d’un sapin. Attention, n’allez pas imaginer un arbre majestueux, «roi des forêts», comme dans le fameux chant de Noël! Le sapin de cette histoire est, au contraire, tout rabougri et fait peine à voir, si bien qu’aucun client de la boutique dans lequel il est exposé ne veut l’acheter pour le décorer. Quelques minutes avant la fermeture du magasin, un garçonnet (qui, nous l’apprendrons plus tard, vit dans la rue) demande s’il peut l’emporter gratuitement. Débute alors, pour l’arbre et l’enfant, une nuit remplie de magie… 
Un livre de facture classique mais qui, par sa douceur, allume un feu de Bengale au fond du cœur. (DT)

2. Norig et l'or de l'île, de Ghislaine Roman et Sophie Lebot (Saltimbanque)
Un beau livre ne fait pas de mal! 
L’histoire se passe sur une île à la nature foisonnante, dans une atmosphère aussi onirique que mystérieuse. Norig, une jeune fille qui garde des oies, rencontre un jour une sorcière qui lui fait voir grâce à un sortilège – rêve ou vision prophétique? – son île dévastée par des hommes avides de richesse. 
C’est un album inspiré de souvenirs familiaux que nous livre Ghislaine Roman. Les illustrations de Sophie Lebot, à la fois douces, gracieuses mais fortes, retranscrivent bien l’atmosphère du livre. Un très bel album, qui, sous couvert de magie et de rêverie, aborde des sujets très actuels comme la surconsommation et la protection de l’environnement! (BP)

3. Le club de l'ours polaire (T. 1). Stella et les mondes gelés, d'Alex Bell et Tomislav Tomic (Gallimard Jeunesse)
Stella est fille d’explorateur. Elle rêve de partir à l’aventure avec son père, membre du Club de l’Ours Polaire, club très fermé dans lequel seuls les hommes sont admis et où la cire à moustache constitue la base de l’équipement de tout explorateur qui se respecte. Autant dire que cela semble perdu d’avance pour Stella… Mais ce n’est certainement pas ces vieux conservateurs moustachus qui vont l’empêcher de réaliser son rêve, et la voilà embarquée avec son meilleur ami Dragigus et deux autres garçons dans une drôle d’aventure où les caractères de chacun vont se révéler… 
Le premier tome d’une série fantastique où l’on croise des fées, des engeleurs et de drôles de pirates, où se mêlent aventure, humour et émotion, et qui transmet un message de tolérance et de respect à l’égard d’autrui et de la nature. (CF)  

4. L'ours transparent, de Cécile Metzger (Obriart)
«J'aime donner leur chance aux jeunes illustrateurs et illustratrices talentueux». Voilà ce que nous a écrit Cyprienne Kemp, directrice des éditions Obriart, en nous faisant parvenir L’ours transparent, le premier album de Cécile Metzger.  
Nous pouvons dire un grand «Merci!» à l’éditrice et un immense «Bravo!» à l’artiste car ce livre est une vraie pépite! Avec des illustrations et un texte remplis de délicatesse, l’album aborde les thématiques de la solitude et du deuil. Mais il décrit aussi l’une de ces rencontres improbables (d’autant plus qu’ici elle a lieu entre un ours et une vieille dame!) capables d’ajouter de la couleur au gris du quotidien et de faire pousser les fleurs du bonheur. 
A lire et relire! (DT)

L'ours transparent, Cécile Metzger, Obriart, littérature jeunesse, livre
Images tirées de «L'ours transparent» de Cécile Metzger (©Obriart)

5. Le problème avec Noël..., d'Agnès de Lestrade et Clémence Pollet (Rouergue)
Noël ne fait pas la joie de tout le monde. Pour Cerise, cette fête familiale renforce l’absence de sa mère qui a tragiquement disparu il y a quelques années. Pour la deuxième année consécutive, Cerise et son père vont passer le réveillon de Noël chez tante Nina qui ressemble comme deux gouttes d’eau à sa maman… Mais cette année, ils vont passer un Noël sans pareil. 
Un court roman, richement illustré par Clémence Pollet, sur le difficile travail du deuil. (BP)

6. Duel au soleil, de Manuel Marsol (L'agrume)
Un désert aride, un virevoltant poussé par le vent, un crâne de buffle entouré d’une vipère: le décor de cet album de Manuel Marsol est digne des plus grands westerns. On ne s’étonnera donc pas de voir apparaître, au bout de quelques pages, un Indien muni d’un arc et un cow-boy armé d’un revolver. Les deux personnages se font face, prêts à s’affronter en duel. 
Sauf que… les imprévus s’enchaînent: un canard vient perturber nos très sérieux protagonistes, un nuage, dont la forme étrange est sujette à discussion, les déconcentre, un dangereux buffle, qui déboule d'on ne sait où, les freine net dans leur élan. Le duel pourra-t-il finalement avoir lieu? 
Ce livre, qui explore à merveille le comique de répétition, se distingue également par la qualité et l’originalité de ses illustrations, qui occupent tout l’espace de chaque double-page. 
Un Duel au soleil qui n’est dangereux que pour le lecteur: il pourrait bien mourir de rire… (DT)

7. Il a neigé ce matin!, de Steffie Brocoli (Mango jeunesse)
L’hiver est rude au cœur de la forêt. Les animaux se sont mis à l’abri du froid. Les pages blanches du livre, comme recouvertes d’une épaisse couche de neige, sont presque immaculées. Il suffit de suivre les empreintes d'animaux imprimées en creux sur les doubles-pages de l’album pour trouver les renards, ours et autres animaux des bois. Derrière les rabats à soulever, buissons et autres cachettes, les animaux assoupis, illustrés avec des couleurs vives, nous transmettent un peu de leur chaleur (et nous donnent envie de rester au lit!). (BP)

8. Prout prout prout! L'important c'est de trouver le bon nez, de Laetitia Le Saux et Eléonore Zuber (Oskar jeunesse) 
Il était une fois une belle princesse qui rêvait de trouver son prince charmant. Une histoire classique me direz-vous? Que nenni  Car la damoiselle a un léger défaut quelque peu odorant: elle pète du matin au soir et du soir au matin! Autant dire que dans cette histoire, ce sont les prétendants qui s’évanouissent, et non la gente dame! 
Notre héroïne sera-t-elle privée à jamais du grand amour? La réponse dans ce court roman où texte et images dialoguent avec humour et qui montre que même avec un (ou plusieurs) défaut(s), chacun ou chacune peut trouver chaussure à son pied! (CF)

9. Histoire du pommier qui rêvait d'être un sapin, de Joanie Desgagné et Juliette Barbanègre (Seuil Jeunesse)
L’herbe semble toujours plus verte ailleurs. Cet album nous montre que ce n’est pas toujours le cas! 
Un pommier a poussé dans un champ de sapins. Il envie ses voisins qui, chaque année, s’en vont tour à tour à la période de Noël. Dans la chaleur des foyers, ils sont parés de bijoux scintillants et chargés de veiller sur des trésors. Le pommier se sent seul et différent. Mais la nature va changer son destin et notre petit pommier aura une vie plus douce que celle de ses voisins. 
Un format à l’italienne pour plonger dans les illustrations en doubles-pages de Juliette Barbanègre, à la fois sombres, douces et poétiques. Un album qui montre qu’il ne faut pas perdre espoir. A partir de 3 ans! (BP)

Histoire du pommier qui rêvait d'être un sapin; littérature jeunesse
Images tirées de «Histoire du pommier qui rêvait d'être un sapin», de Joanie Desgagné et Juliette Barbanègre (©Seuil Jeunesse)

10. Philémon fait du cinéma, de Philippe Limon (Magnard Jeunesse) 
Durant toute l’année scolaire, Philémon ne rêve que d’une chose: l’arrivée des vacances d’été, qu’il passe chaque année avec ses grands-parents à la campagne, pour son plus grand bonheur. D’autant plus qu’il y retrouve Daphné, son amie d’enfance, avec laquelle il partage le rêve de devenir archéologue. Cet été-là, pourtant, leur quotidien et celui du petit village va être bouleversé par l’arrivée de l’équipe de tournage d’un film. Le jeune garçon ne sait pas encore que sa découverte du 7e art changera sa vie à jamais… Si vous avez envie de vous plonger dans une ambiance un brin nostalgique, ce roman est fait pour vous! Le narrateur se souvient en effet d’un épisode marquant de son enfance qui lui a fait découvrir le cinéma, une passion dont il a fait son métier. On découvre une enfance joyeuse durant les vacances d’été dans un petit village de campagne, une belle amitié qui va se transformer en premier amour, et une jolie relation entre un jeune garçon et ses grands-parents, le tout narré par la très belle plume de Philippe Limon. (CF)

11. Blanc, de Margaux Othats (Magnani)
«Espace, surface ou recueil, l’album est d’abord un support, blanc». Voici ce qu’on peut lire au début de l’ouvrage Album[s] (De Facto/Actes Sud, 2013) de Sophie Van der Linden (critique littéraire spécialiste en littérature jeunesse).  
Et s’il y a bien une créatrice qui a su jouer habilement avec ce blanc constitutif, c’est Margaux Othats. Dans son album sans texte intitulé justement Blanc, le papier n’est pas uniquement un support, il joue également le rôle d’illustration. Le blanc des pages correspond à la neige, dans laquelle une petite fille s’amuse. L’héroïne forme une boule de neige qu’elle roule ensuite de long en large. La boule grossit encore et encore et l’herbe, qui était enfouie sous le manteau de poudreuse, apparaît et prend de plus en plus de place dans les doubles-pages. A la fin du livre, le printemps est de retour grâce à la petite fille. 
Un album maîtrisé de bout en bout! (DT)

12. Attention au départ, d'Elisabeth Corblin (Biscoto)
Comment passer le temps dans un train? 
Un adulte répond avec imagination et humour aux questions très sérieuses d’un enfant. «Comment ça se fait que des fois, des gouttelettes d’eau roulent sur les vitres alors qu’il pleut dehors?… Ah ça, c’est parce que les contrôleurs sont en train d’égoutter la salade pour les sandwiches de midi, sur le toit!» Ch.aque double-page illustre les propos décalés de l’adulte pour laisser de côté la représentation d’un trajet des plus ennuyeux. Et on voit se dérouler sous nos yeux, au fil des pages, les aventures plus ou moins loufoques des passagers du train. 
Un livre à lire et relire, ne serait-ce que pour découvrir les illustrations subtiles et fourmillant de détails d’Elisabeth Corblin. (BP)

13. La passe-miroir (T. 1). Les fiancés de l'hiver, de Christelle Dabos (Gallimard Jeunesse) 
L’histoire commence avec le départ d’Ophélie, qui menait jusque-là une vie tranquille sur l’arche Anima, pour la Citacielle, capitale flottante du Pôle. Ses dons (elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs) ont attiré l’attention de Thorn, du puissant clan des Dragons, qui lui a été promise en mariage. Ophélie va devoir se faire une place, tant au sein d’une famille qui ne l’accueille pas à bras ouverts, qu’auprès de son futur époux aussi rigide que hautain. Sous la plume de son auteure, nous suivons les questionnements de l’héroïne (Pourquoi a-t-elle été choisie? Quel rôle devra-t-elle jouer à la cour du seigneur Farouk?) et découvrons une jeune fille aussi étonnante que maladroite. Le premier tome d’une tétralogie à découvrir ou redécouvrir! (BP)

14. Le château du prince Dufouillis, de Benjamin Bécue (Auzou)
Vous trouvez que la chambre de votre enfant est en désordre? Vous ne serez plus du même avis après avoir visité la luxueuse demeure du prince Dufouillis! 
Ce cherche et trouve drolatique en forme de château médiéval propose quatre niveaux de difficulté. Ainsi, même les plus grands auront plaisir à sonder les doubles-pages qui foisonnent de détails dans l’espoir de repérer l’un des «introuvables». Ricochet s’est prêté au jeu: on vous garantit un moment divertissant.  
Et comme les garçons n’ont pas l’apanage du désordre, Benjamin Bécue propose un autre cherche et trouve sur le même principe, avec une fille en héroïne: Le château de la princesse Dubazar (Auzou, 2016). (DT)

15. Anya et Tigre blanc, de Fred Bernard et François Roca (Albin Michel Jeunesse)
L’hiver vous donne envie de vous plonger dans une histoire emplie de merveilleux et de mystère? Alors laissez-vous envoûter par le conte magique imaginé par Fred Bernard et merveilleusement illustré par François Roca. Vous y découvrirez un royaume plongé dans un hiver éternel, un peuple qui communique avec les animaux, d’étranges disparitions d’enfants et une jeune fille forte et courageuse qui changera le cours de l’histoire… Un magnifique album à lire au coin du feu lorsque tombe la neige. (CF) 

Anya et Tigre blanc, Fred Bernard, François Roca, Albin Michel jeunesse, livre jeunesse, littérature jeunesse
Images tirées de «Anya et Tigre blanc», de Fred Bernard et François Roca (©Albin Michel Jeunesse)

16. Les sentiers perdus, de Stéphanie Demasse-Pottier et Mathilde Poncet (Hélium)
Pour se remémorer les bons moments passés avec son grand-père récemment disparu, une jeune fille décide de faire l’école buissonnière. Le temps d’une journée, elle s’aventure dans les champs et forêts, sur les chemins empruntés à plusieurs reprises avec son grand-père. Aucune étape n’est oubliée: les mêmes sentiers sont empruntés, les mêmes activités sont effectuées… Car il est bien question, ici, de garder en mémoire les souvenirs, de continuer certaines habitudes, pour ne pas oublier.  
Le trait de crayon et les couleurs vives retranscrivent à merveille la force des émotions suscitées par les souvenirs. Un bel album sur le recueillement et l’adieu aux être aimés. (BP)

17. Ça, c’est du hockey, de David Bouchard et Dean Griffiths (Les 400 coups) 
26, c’est le nombre de médailles d’or remportées depuis 1920 par le Canada lors des championnats du monde de hockey sur glace! Ce n’est donc pas un hasard si l’album Ça, c’est du hockey a été publié au Canada, d’abord en version originale chez Orca Book Publishers (2002), puis en traduction française aux éditions Les 400 coups (2017). 
L’intrigue est la suivante: Dominique passe le week-end dans la ferme de son cousin Etienne. Les deux enfants rejoignent un groupe de garçons pour une partie de «hockey bottine». Le «hockey bottine» se joue à même la neige, sans patins, avec une vieille balle en guise de palet et des buts faits de blocs de neige durcie. Ce terrain de fortune n’empêche pas les enfants de se lancer dans une compétition joyeuse et acharnée. 
Ce livre parle bien évidemment de sport. Mais pas seulement: David Bouchard (l’auteur) et Dean Griffiths (l’illustrateur) mettent également en avant l’extraordinaire inventivité des enfants, capables de s’amuser avec trois fois rien. Il est aussi question des différences entre la ville et la campagne et de transmission. La dernière double-page de l’album offre une belle surprise (mais chut!... nous n’en dirons pas plus). (DT)

18. Le lapin de neige, de Camille Garoche (Casterman)
Avec ses illustrations en papier découpé, mises en relief et photographiées, Camille Garoche nous offre une belle promenade au cœur d’une forêt enneigée.
Deux sœurs, dont l’une est en fauteuil roulant, s’aventurent dans la forêt accompagnées d’un lapin de neige. Mais très vite, le fauteuil roulant se retrouve coincé dans les branchages et la neige épaisse. Le lapin de neige, qui a pris vie et a grandi petit à petit, sera en mesure de les ramener à bon port sur son dos.
Un album «blanc», exempt de texte, tout en douceur et en délicatesse. Les illustrations de Camille Garoche nous feraient presque ressentir la neige glacée au bout de nos doigts… (BP)

Le lapin de neige, Camille Garoche, Casterman, littérature jeunesse
Images tirées de «Le lapin de neige», de Camille Garoche (©Casterman)

19. Rouge, de Sun-ok Lee (Rue du Monde)

  Rébellion
sOleil levant
  Uniforme de Père Noël
  Gêne
  Eruption volcanique

Le rouge est une couleur aux mille facettes. Elle peut être à la fois synonyme d’interdit, de colère, de puissance, mais aussi de vie et d’amour. Avec cet album tout en bichromie, où elle passe en revue différentes significations de la couleur rouge, Sun-ok Lee nous offre une promenade dans un univers rempli de poésie. Le livre est construit avec beaucoup de finesse: les doubles-pages se font écho, se répondent ou s’opposent. 
Ce livre est un véritable exercice d’équilibrisme et son auteure est une funambule de talent: elle a su avancer avec beaucoup d’habileté le long d’un fil… rouge! (DT)

20. Le village sens dessus dessous, de Michaël Rivière (Hélium)
Un village de nains est sujet à de fréquentes tempêtes qui le mettent sens dessus dessous. Chaque jour, après chaque tempête, les villageois s’affairent à remettre le village en ordre. On ramasse, on range, on rafistole, on consolide… C’est un travail d’équipe, mais surtout un travail quotidien! Est-ce un simple problème météorologique ? 
Un court album qui joue de bout en bout sur un comique de répétition, pour le plus grand bonheur des lecteurs. Une chute renversante! (BP)

21. Le bonhomme de neige, de Raymond Briggs (Grasset Jeunesse)
Il fête son 40e anniversaire, mais n’a pas pris une ride: nous voulons bien sûr parler du Bonhomme de neige de Raymond Briggs. A l’occasion de cet anniversaire, Grasset jeunesse propose une version spéciale comprenant un tiré à part en édition limitée et un mot de l’auteur. 
Cette bande dessinée sans texte constitue un beau cadeau de Noël à mettre au pied du sapin. Elle raconte l’histoire d’un bonhomme de neige qui prend vie et se lie d’amitié avec le petit garçon qui l’a créé. Ensemble, ils vont vivre une nuit pleine d’une magie éphémère.
Un livre qui fera fondre petits et grands. (DT)

22. Philibert Merlin, apprenti enchanteur, de Gwladys Constant et Juliette Barbanègre (Rouergue)
Chez les Merlin, on est enchanteur de père en fils et de mère en fille. Tous possèdent un don: musique, peinture, mathématiques… Tous sauf Philibert, le petit dernier, qui tente désespérément de trouver son don, quitte à mener des expériences plus ou moins risquées… Pourtant, sa mère en est persuadée: il est son septième enfant et il est destiné à accomplir de grandes choses. Heureusement, Philibert peut compter sur le soutien et la bienveillance de ses parents et de ses nombreux frères et sœurs et aura finalement sa révélation.
Une histoire drôle et tendre truffée de références à des personnages connus de l’Histoire. Un roman qui aborde avec douceur les relations familiales et le fait de trouver sa voie et sa place dans sa famille. (CF)

23. L'allumeur de réverbères, de Nathalie Wyss (Oskar jeunesse)
Le père de Tobi exerce un métier aussi fascinant qu’essentiel: il est allumeur de réverbères dans la ville de Luz. Tobi, qui est destiné à lui succéder, l’accompagne tous les soirs dans sa tournée. Mais à Luz, seules les rues riches bénéficient de la lumière des réverbères, et les rues pauvres restent dans l’ombre. Tout cela est pourtant sur le point de changer lorsque Tobi rencontre Sidonie, une petite fille qui vit dans les quartiers pauvres et craint l’obscurité. Pour elle, Tobi décide qu’il est grand temps de rallumer les rues oubliées… 
Il se dégage de ce roman une ambiance mystérieuse, avec une pointe de fantastique. Le texte mêle habilement des passages poétiques et des touches d’humour, et est truffé d’expressions savoureuses et de jeux de mots. On s’attache aux personnages parfois étranges ou loufoques de ce roman aux allures de conte servi par la jolie plume de Nathalie Wyss. (CF)

L'allumeur de réverèbres, Nathalie Wyss, Oscar éditions, livre jeunesse, littérature jeunesse
Images de couverture «L'allumeur de réverbères», de Nathalie Wyss (©Oskar jeunesse)

24. Le sapin de monsieur Jacobi, de Robert Barry (Gallimard Jeunesse).
Pour son dernier post du calendrier de l’Avent, l’équipe Ricochet a voulu revenir sur ce qui contribue à la magie des fêtes de fin d’année: le sapin de Noël !
Monsieur Jacobi habite dans une grande maison, mais pas assez grande pour l’immense sapin qui vient de lui être livré. Celui-ci est si grand qu’il touche le plafond et doit être étêté pour pouvoir être bien décoré. Attention, pas de gaspillage! La cime du sapin coupée est offerte à miss Adèle, la dame de maison. Mais le sapin est encore trop grand pour sa maison…
Toujours en rimes et avec beaucoup d’humour, l’auteur et illustrateur Robert Barry nous propose une histoire construite comme des poupées russes. Le bout de sapin, toujours trop grand, est maintes fois raccourci… pour le plus grand bonheur de ceux qui se trouvent sur le chemin des cimes abandonnées! Des humains aux animaux, des grandes maisons aux plus petits logis, chaque bout de sapin égayera les foyers et dessinera des sourires sur les visages. Un socle pour sapin en rondelle de carotte chez les lapins, une étoile en comté chez les souris… Les festivités peuvent enfin commencer! (BP)

Joyeux Noël à tous !


Les rédacteurs : Christine Fontana (CF), Bertille Pacquement (BP), Damien Tornincasa (DT)